Histoire de la Bretagne: l’occupation romaine

0 à 275 après J.C. en Armorique:

Pendant près de deux siècles règne la « pax romana ». Des villes sont fondées sur

Ambiorix

les anciennes capitales, comme Courseul, ou créées, comme Carhaix, devenant les vitrines de la civilisation romaine. Les villes d’Armorique sont conçues comme ailleurs avec leurs temples, leurs monuments… on trouve aussi bien de grandes cités que de petites bourgades. Des puits ou des aqueducs les ravitaillent en eau. Les loisirs ne sont pas négligés: on y trouve même des amphithéâtres.

De grands ports abritent un commerce actif qui relie la Méditerranée, l’Espagne, l’Armorique et

navire du début du Premier milllénaire

l’île de Bretagne. La Loire et les rivières sont des voies de commerce animées. L’agriculture reste l’activité de base. De grandes fermes, les « villae », sont aussi de luxueuses demeures. En réalité, les villes ne sont pas représentatives: la quasi totalité de la population est rurale. L’Armorique compte environ un million d’habitants. Une foule de cultivateurs libres travaillent la terre pour les grands propriétaires. Effectivement, à la ville romaine s’oppose une campagne restée profondément gauloise. plus dramatiquement, les mécontentements provoquent, à la fin du II° siècle, des soulèvements qui vont être très durement réprimés.

méandre de l'Aulne

l'AULNE - méandre

A partir de 235, l’empire romain est déchiré par des guerres civiles et ravagé par des raids barbares venus de Germanie. L’Armorique en subit les effets sur fond de crise économique persistante. Vers 260, soixante villes sont pillées. L’Armorique est la proie de pirates saxons et francs. Les campagnes sont désertées, les villes menacées.

En 15 ans, quatre « empereurs gaulois » se succèdent: Postumus, Marius, Victorinus et Tétricus. Des bornes routières sont érigées en leur honneur. En 274, le dernier, Tetricus, se rallie à l’empereur romain Aurélien (212-275). L’empire est réorganisé, l’Armorique aussi.

entre 0 et 275 après J-C. dans le monde:

117 = extension maximale de l’empire romain.

235 = guerres civiles à Rome.

260-275: révoltes en Gaule – Bagaudes (bandes armées de brigands et de soldats déserteurs). Ravages germains.

 

Publicités

A propos gebete29

golfeur, photographe, randonneur et tireur à la poudre noire, retraité qui sintéresse à l'Histoire de la Bretagne
Cet article, publié dans Bretagne - histoire, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s