Histoire de la Bretagne: la conquête de l’Angleterre, l’apogée du duché

dans mon article « Histoire de la Bretagne, au Moyen-Age », sur gebete.reidid.over-blog.com, nous avons survolé le règne d’Alain III (997-1 040) ainsi que celui de  Conan II (1 040-1 066). Sous le règne de Hoël (1 027-1 066/1 084), comte de Cornouaille et de Nantes, les alliances, toujours fragiles, se font et se défont au fil des mariages et des guerres. Si le Maine et l’Anjou jouent un grand rôle, c’est surtout le puissant voisin normand qui va influer sur le destin de la Bretagne. Des guerres opposent Bretons et Normands. En 1 064, Guillaume le Bâtard (v. 1 028-1 035/1 087) duc de Normandie, prend Dinan mais doit se replier.

Comment sont décrits les Bretons en 1 064? Un pays rempli de guerriers, car un seul chevalier en engendre cinquante, ayant à la manière des Barbares dix épouses ou plus. Cette multitude s’adonne principalement à la guerre et à l’art  équestre. Lorsqu’ils ne sont occupés à la guerre, ils vivent de rapines et de brigandages. Ils courent à la guerre avec une ardeur joyeuse, dans la lutte ils frappent avec fureur. Accoutumés à repousser l’ennemi, ils cèdent difficilement. Normands et Bretons ne sont guère rancunier de part et d’autre…

1 066 est une année cruciale dans l’histoire de l’Europe, non seulement parce que Guillaume le Bâtard, duc de Normandie, est devenu Guillaume le Conquérant, roi d’Angleterre, mais parce que la conquête qu’il a entreprise a modifié considérablement l’échiquier politique continental sur lequel ont joué par la suite  des générations de souverains, tous persuadés d’être les plus forts et les plus astucieux dans les parties qu’ils engageaient volontairement ou par la force des choses.

Guillaume le Bâtard, fils illégitime du duc de Normandie Robert « le Diable » est né à Falaise en 1 027. A la mort de son père, en 1 035, il est rejeté par les seigneurs normands, pourtant il est le seul héritier. On se souvient que Konan II a voulu devenir son tuteur dans l’intention de s’infiltrer en Normandie et récupérer certains territoires qui avaient été  obtenus par Salomon, le Cotentin en particulier. En fait, ce sera le roi de France, Henri 1° qui aidera Guillaume à triompher de ses vassaux révoltés et à assurer pleinement sa souveraineté sur son duché.

Edward le Confesseur

Edward, roi d'Angleterre de 1 043 à 1 066

Mais, de l’autre côté de la Manche, les Anglo-Saxons sont en proie à une crise de succession. La dynastie de Knut le Grand s’est éteinte en 1 043 et la couronne royale est revenue à Edward le Confesseur. Or, celui-ci est fils d’un Saxon, Ethelred, et d’une Normande, Emma qui appartient à la famille ducale. De ce fait, Edward est le cousin de Guillaume le Bâtard. Edward n’ayant as pu avoir d’enfant, le duc de Normandie va faire valoir ses droits à la succession. Edward le Confesseur a passé toute son enfance en Normandie et parle français. Cependant les Saxons de souche ne sont pas favorables à cette intrusion des Normands. Edward encourage les prétentions du duc de Normandie, les Saxons réagissent et chassent les Normands de la cour et du siège de Canterbury, ils contraignent Edward à désigner son successeur: Harold. Mais Guillaume ne renonce pas et fait promettre à Harold de renoncer au trône d’Angleterre à son profit.

A la mort d’Edward le Confesseur, en janvier 1 066 Harold fait fi de son serment et se fait immédiatement couronner roi. Guillaume décide de le déposséder de son trône par tous les moyens. Ayant échoué dans ses tentatives de s’emparer légalement de la couronne anglaise, Guillaume se décide à la conquérir par les armes. Et c’est là que les Bretons entrent dans le jeu. Sachant très bien que les Saxons se défendraient âprement, Guillaume avait besoin d’une puissante armée. Il promet à ceux qui participeraient à son entreprise de leur distribuer les meilleurs fiefs de l’île en cas de victoire. Les Bretons accueillent très favorablement ces alléchantes propositions, ils vont fournir à l’armée de Guillaume un fort contingent de combattants. 14 000 cavaliers et 50 000fantassins se réunissent à Saint-Valéry-en-Caux. Le 28 septembre, sur une flotte remarquablement équipée, ils atteignent les côtes du Sussex et s’installent à Hastings pour attendre les l’armée d’Harold. La bataille d’Hastings se termine le 14 octobre 1 066 par la mort d’Harold.

Guillaume le Bâtard

Guillaume le Conquérant

Peu après la bataille d’Hastings, Guillaume fait son entrée à Londres et, le 25 décembre 1066, il est couronné roi d’Angleterre dans la cathédrale de Westminster.

L’Angleterre connaît sous son règne un gouvernement énergique. Guillaume renforce et généralise le régime féodal. Il substitue aux grands propriétaires terriens des barons normands.

Il réprime tous les abus de sa poigne de fer ; rappelant sans cesse qu’il ne faut pas « opprimer les vaincus, qui sont nos égaux dans la profession de la foi chrétienne ».

L’Angleterre entre avec son nouveau roi dans une période de prospérité économique. Le commerce se développe rapidement et des relations directes sont amorcées avec le continent.

Cependant, Guillaume n’en a pas fini avec les Bretons. Echaudé par la révolte avortée de Raoul de Gaël, il se méfie de ceux qui l’avaient si bien servi dans sa prise de pouvoir. Et il a raison car Raoul continue à comploter contre lui. Avec l’aide de la Maison de Penthièvre (Eudon de Porhoët) il s’empare de Dol. Ce n’est pas du goût du roi de France, Philippe 1°, fort inquiet de voir grandir l’inflence de son vassal le duc de Normandie et roi d’Angleterre. Philippe I envoie des troupes contrer celles de Guillaume, en 1 076, ce qui contraindra le Conquérant à lever le siège de Dol et à retourner en Normandie.

Les Bretons comprirent alors qu’ils n’avaient rien à espérer de la part des Normands, mais tout à gagner en jouant de la rivalité entre la monarchie anglaise et la monarchie française, toutes deux des dynasties nouvelles et ambitieuses qui cherchaient cependant à s’affirmer. Les Bretons ont toujours été partagés entre opposition et attraction envers l’un et l’autre pays. D’une part, ils refusaient tout pouvoir venu de l’extérieur, ressenti comme oppressif et assimilateur; d’autre part, ils étaient quelque peu attirés par des royaumes riches et puissants qui pouvaient les aider et les protéger en cas de besoin. Mais il faut avoue que cette situation était plutôt ambiguë.

Publicités

A propos gebete29

golfeur, photographe, randonneur et tireur à la poudre noire, retraité qui sintéresse à l'Histoire de la Bretagne
Cet article, publié dans Bretagne - histoire, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Histoire de la Bretagne: la conquête de l’Angleterre, l’apogée du duché

  1. Les Bretons ont fourni le tiers de l’effectif de l’armée de Guillaume le Bâtard, duc de Normandie en quête de la couronne d’Angleterre en 1 066, ce sera la fameuse Bataille d’Hastings, représentée par la fameuse tapisserie de Bayeux

  2. alors, est-ce que tu vas aller sur mon fb wall?

  3. tout ceci est contemporain au fait qu’en 1 066, à la mort de Konan II, le duché de Bretagne est vacant, car on ne sait comment régler la succession du défunt.Ce sera l’époux de la fille d’Alain III, le comte de Cornouaille Hoël. Le début de son règne sera calme, les barons bretons trop occupés avec la conquête de l’Angleterre et la distribution des fiefs concédés par Guillaume à ses comagnons de lutte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s