Histoire de la Bretagne, le XVIème Siècle

La religion domine la vie politique européenne vers 1500. L’Eglise catholique sent la nécessité d’une réforme profonde, la papauté « princière » se révélant incapable de répondre aux nouvelles aspirations d’une piété plus intérieure.

Martin LUTHER

Le pape italien Léon X (1475 – 1513/1521) se conduit plus en politique ou humaniste qu’en chef spirituel. L’allemand Martin LUTHER (1483-1546) veut réformer la religion, le français Jean CALVIN (1509-1564) définit un protestantisme radical. Le roi d’Angleterre Henri VIII (1491-1509/1547) rompt avec Rome et fonda l’Eglise « anglicane »; en 1534, l' »Acte de suprématie » proclame le roi d’Angleterre chef de l’Eglise qui nomme les évêques. Le pape Paul III (1468-1534/1549) réunit en 1545 le concile de Trente où seront jetées les bases du catholicisme moderne. La contre-réforme va affirmer ses dogmes, le basque Ignace de Loyola (1491-1556) fonde en 1534 la « Compagnie de Jésus ».

Avec Soliman II le Magnifique (1495-1566), les Turcs ottomans poursuivent leur expansion. Ils prennent Belgrade en 1521, Budapest en 1526 mais échouent devant Vienne en 1529. De part et d’autre, on persécute, on condamne, on veut forger les consciences à coups d’épées.

Catherine de Medicis

Catherine de Medicis

La reine mère Catherine de Médicis (1544-1589) gouverne en dominant ses fils François II (1544-1560) puis Charles IX (1550-1574) roi à 15 ans. Elle ne perd son influence qu’avec Henri III (1551-1574/1589).

Le calvinisme progresse (un tiers de la noblesse, un million de fidèles), les protestants s’organisent devenant un parti politique. La puissante famille de Guise prend la tête du parti catholique qui se regroupe en 1576, à Péronne en Picardie, une « sainte Ligue ».

De 1562 à 1593, huit guerres déchirent le royaume de France. Protestants catholiques, royaux, alliés anglais, espagnols, mercenaires suisses et allemands s’entretuent, et puis s’y ajoutent les famines et les épidémies.

Pour rétablir son autorité Henri III de France fait tuer les Guise les 22 et 23 décembre 1588. Le 1er août 1589, il est assassiné à son tour par un moine ligueur, le dominicain Jacques Clément. Le trône revient au roi de Navarre, Henri IV de Bourbon (1553-1589/1610) qui est aussi chef des armées protestantes.

Henri IV

Henri IV

En paix depuis un siècle, loin des guerres d’Italie, la Bretagne prospère, elle ne subit que quelques descentes anglaises. Fidèle au roi, la Bretagne lui fournit des combattants tout en continuant à marchander les impôts.

Philippe de Lorraine, duc de Mercoeur est gouverneur de Bretagne depuis 1582. Beau-frère d’Henri III, sa femme est l’héritière de la Bretagne par les Penthièvre. Bien que ligueur convaincu, il ne se révolte contre Henri III puis contre Henri IV qu’en janvier 1589. Nantes devient capitale de la Ligue de Bretagne. Rennes avec son parlement, Vitré la protestante et Brest avec sa citadelle restent fidèles au roi.

DIX ANNEES DE GUERRE (1590-1600)

Philippe II d’Espagne, protecteur de la sainte Ligue en France convoite le trône ducal de Bretagne pour sa fille Isabelle, petite-fille d’Henri II et descendante d’Anne de Bretagne.

Philippe II d'Espagne

Philippe II d'Espagne

Philippe II envoie 3.000 espagnols pour défendre ses droits qu’il considère comme légitimes. Elisabeth 1ère d’Angleterre (1533-1558/1603) soutient Henri IV et fait débarquer en 1591, à Paimpol, 2.400 anglais.

« Ligueurs » et « royaux » reçoivent aussi des renforts du royaume dont des mercenaires allemands. La majeure des armées régulières en Bretagne est donc trangère au pays!

Cette guerre sans très grandes batailles est marquée par une rencontre indécise à côté de Corlay (22) le 17 juin 1591, puis la victoire de Mercoeur sur les royaux à Craon (53) le 23 mai 1592.

Le pillage est la grande affaire de tous les partis qui vivent sur le pays. La noblessse est plutôt ligueuse quant au peuple, il subit ou assiège les royaux protestants, mais les haines anti nobiliaires peuvent expliquer bien des attitudes. Des milliers de paysans sont tués à Carhaix (29) en 1595 par les royaux ou par un ligueur cruel et brigand, Guy Eder de la Fontenelle.

Le duc de Mercoeur organise son administration, s’entoure d’un conseil d’Etat de 18 membres, réunit ses Etats, crée son parlement à Nantes. Il reste l’homme dans toute sa complexité, ses passions, sa soif d’absolu. Henri IV a abjuré en 1595, converti au catholicisme , il est entré dans Paris et le pape l’a absous.

duc de Mercoeur, Philippe Emmanuel de Lorraine

duc de Mercoeur, Philippe Emmanuel de Lorraine

Le duc de Mercoeur perd de l’influence. En 1598, le duc de Mercoeur quitte la Bretagne et demande au roi d’Espagne à combattre en Hongrie contre les turcs. Après avoir remporté plusieurs victoires, il meurt de la « fièvre pourprée » le 19 février 1602, à 43 ans.

En avril 1598, Henri IV fait une entrée victorieuse dans Nantes. Pendant son séjour dans la capitale des ducs, il signe l’Edit de Nantes (mai 1598) qui établit la liberté de conscience, et définit les droits et devoirs des protestants. C’est aussi la fin de la guerre avec l’Espagne (traité de Vervins le 2 mai 1598).

Mais la politique royale se veut ferme: si Henri IV amnistie, intègre l’administration et le parlement de Mercoeur, il veut tout contrôler. Pour rétablir la sécurité, les soldats sont licenciés, les brigands poursuivis, les forteresses sont rasées, même Rennes « la fidèle » doit abattre ses belles fortifications.

le duc de SULLY

le duc de SULLY

Le duc de Sully (1560-1641), fidèle compagnon d’arme d’Henri IV et son ministre favori, stimule la restauration de l’économie. Les résultats sont résumés parfaitement par sa fameuse formule: « labourage et pâturage sont les deux mamelles de la France ».

En Bretagne, la parenthèse des guerres de la ligue est vite refermée, malgré les ruines et les épidémies. Grâce à sa situation géographique privilégiée à la pointe de l’Europe marchande, un commerce extérieur florissant, sa richesse en hommes, elle poursuit son essor économique et renoue avec l’âge d’or. En cela, le XVIIème siècle prolonge le XVIème siècle.

Publicités

A propos gebete29

golfeur, photographe, randonneur et tireur à la poudre noire, retraité qui sintéresse à l'Histoire de la Bretagne
Cet article, publié dans Bretagne - histoire, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s