AUDIERNE et le MAT FENOUX

Le temps de la langouste rouge et du thon germon au XX° siècle

Audierne, 2000 ans d’activités maritimes

le mât Fenoux

chomière à Audierne

Au début du XX° siècle, la sardine disparaît brutalement des côtes bretonnes. La population d’Audierne, comme celle de nombreux autres ports de Bretagne sud, sombre dans la misère. La flottille de pêche se réduit brutalement et les pêcheurs partent en quête de nouvelles espèces.

vivier du port d’Audierne

hommes préparant les casiers dans un port abri

plaisancier quittant le port

La pêche aux crustacés est une vieille tradition en pays capiste dont les eaux regorgeaient de crabes et de langoustes. Longtemps activité d’appoint pour les marins d’Audierne et des ports abris, la pêche à la langouste devient dominante dans la première parie du XX° siècle. Au-delà de la mer d’Iroise, les langoustiers d’Audierne, désormais dotés de viviers, exploitent les fonds rocheux de la mer d’Irlande aux côtes portugaises en passant par le golfe de Gacogne. En 1946, 40 langoustiers arment dans le port d’Audierne et débarquent 294 tonnes de langoustes dans les nombreux viviers aménagés sur le rivage.

scène d’usine

chaloupes rentrant au port

Au début des années 1950, alors que la pêche à la langouste s’essouffle, la pêche au thon germon prend son essor. L’été venu, les langoustiers sont armés de tangons, perches gréées de plusieurs lignes, et partent pour le golfe de Gascogne où les bancs de thons chassent la sardine. Au milieu des années 1960, Audierne compte une quarantaine de thoniers et se place au cinquième rang des ports français pour le thon germon.

Vieux Môle sous le couvent des Capucins

escalade du quai

Dans la première partie du XX° siècle, la pêche aux crustacés génère aussi une grande activité dans les ports abris du Cap Sizun. Nombreux  sont les paysans à quitter leurs champs au printemps et en été pour pêcher la langouste, les araignées et les tourteaux aux abords des côtes. Une pêche dont ils tirent un complément de salaire bienvenu. Toutefois, la ressource ne tarde pas à se raréfier et le profil original marins-paysans du Cap Sizun va peu à peu disparaître en même temps que l’âge d’or des ports abris.

l’église de Poulgoazec

la passe de Raoulic vue du vieux môle

Le port d’Audierne à la fin du XX° siècle vu du belvédère du Roz

Les infrastructures portuaires à la fin du XIX° siècle. Au XIX° siècle, le port d’Audierne se dote pour la première fois de réelles infrastructures. Dans la première moitié du siècle, un linéaire de 530 mètres de quais et de cales est construit le long du port pour permettre un accostage plus aisé des bateaux.

ambiance décontractée

cylindrique et rouge, laisser à babord en rentrrant au port

belle aigrette

Par ailleurs les édiles locaux s’attaquent aux trois écueils qui rendent l’accessibilté du port très périlleuse pour les marins.  En premier lieu, ils mettent en place une signalisation maritime indiquant aux navires les pases pour contourner le récif de la gamelle, un plateau rocheux qui fait face à l’embouchure de l’estuaire. En second lieu, ils construisent un môle sur les rochers du Raoulic, à l’entrée de l’estuaire, pour atténuer l’ensablement du chenal.

retour au bercail

pêcheresse à pied

môle du Raoulic

Restent, enfin, les forts vents dominants du sud et du sud-ouest et les grandes houles atlantiques qui embouquent l’estuaire et y bloquent durablement les navires à voile. Le problème est résolu par la construction d’un chemin de halage de 700 m, entre le vieux môle et le môle du Raoulic. Sur réclamation et incitation du comité des pêcheurs, les ingénieurs interrompent toutefois le long mur de granit pour construire une passe au niveau de la grève des Capucins afin que les vagues entrant dans le chenal s’amortissent sur cette grève, diminuant d’autant l’effet du ressac dans le port.

Fenoux était un capitaine de corvette

balise d’entrée de port

Le Pont: Le premier pont reliant Audierne à Plouhinec est construit en 1856, il s’ouvre pour laisser les bateaux remonter jusqu’à Pont-Croix.

POULGOAZEC, sur la rive gauche du Goyen, plus exposée, longtemps escale des navires remontant la ria jusqu’à Pont-Croix, le port de Poulgoazec dut attendre la toute fin du XIX° siècle pour bénéficier de cale et débarcadère.

phare d’entrée au port d’Audierne

amoureux au phare

squeletique épave

L’Abri du marin: édifié en 1901, l’abri du marin d’Audierne avait vocation à offrir le gîte et le couvert aux marins venus des autres ports et à leur proposer loisirs et instruction. C’est l’un des 21 abris du marin fondé par Jacques Thézard dans les ports sardiniers finistèriens et morbihannais. Celui de Poulgoazec, sur l’autre rive, est inauguré en 1931.

Mât FENOUX

jolies courbes

le drapeau du Pays de Galles

Le Mât Fenoux, parmi d’autres amers et signaux situés sur les deux rives servait à indiquer l’état de la passe aux bateaux, à l’aide d’un système de signaux placé sur son toit. Construit en 1842 au dessus du couvent des Capucins, il est déplacé vers 1883 à proximité du Raoulic.

modeste pêche promenade

excellentissime reto

La création du môle du Raoulic permettra en particulier de réduire un banc de sable situé à deux cents mètres de l’embouchure de l’estuaire et sur lequel venait se biser une barre d’eau responsable de nombreux naufrages.

site de prédilection pour se rendre à l’île de Sein

vue de dessus d’un fin voilier

La dangerosité de l’accès au port et des rivages de la baie d’Audierne feront de la station de sauvetage d’Audierne la plus sollicitée en France entre 1865 et 1960, et ses patrons seront avec ceux de Sein et de Molène ceux qui auront à leur actif le plus grand nombre de sauvetages.

goéland finistèrien

marée basse au port de plaisance d’Audierne

Publicités

A propos gebete29

golfeur, photographe, randonneur et tireur à la poudre noire, retraité qui sintéresse à l'Histoire de la Bretagne
Cet article, publié dans Bretagne - histoire, Villes et villages remarquables, Voyages, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour AUDIERNE et le MAT FENOUX

  1. Melyssa658 dit :

    très beaux voyages photographiques, un blog où je reviendrais me ballader très volontiers. Bonne journée et (merci pour le p’tit mot)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s