Semper fidelis : Toujours fidèle. SAINT-MALO

Exif_JPEG_PICTURE

Exif_JPEG_PICTURE

Saint-Malo doit son nom au moine MACLOW venu au VIème siècle de Grande Bretagne et qui fut évêque d’Alet en Saint Servan.  Au XII ème siècle l’évêque Jean de Chatillon transféra son siège à Saint-Malo de l’Isle, y bâtit sa cathédrale et entoura la ville d’un premier rempart.

Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE

Pendant le Moyen-Âge, la cité se distingue par la bravoure de ses marins, son esprit d’indépendance et ses luttes avec les ducs de Bretagne qui construisirent le château.  La fin du XVe et le début du XVIe siècle furent marqués par un essor remarquable des activités maritimes, par suite des voyages de découverte. Les Malouins fréquentent avant 1520 les parages de Terre-Neuve et atteignent le Brésil et c’est en poursuivant cette route du Nord-Ouest que Jacques Cartier découvre en 1534 le Canada.

Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE  Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE

À l’avènement du roi Henri IV qui était protestant, les Malouins s’emparèrent en 1590 de leur château et s’érigèrent en république indépendante (1590-1594) jusqu’à ce que le roi devienne catholique. C’est de cette époque qu’est apparue la devise « Malouin suis » ; On a ajouté  beaucoup plus tard « Ni Français, ni Breton », mais la devise officielle de la ville est Semper fidelis : Toujours fidèle.

Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE

Le XVIIe et le début du XVIIIe siècle assistent à une montée en puissance de l’économie maritime malouine qui devient l’une des premières du royaume. Les Malouins conquièrent avec la morue de Terre-Neuve et les toiles de bretonnes les abondants marchés de la Méditerranée et en rapportent des denrées variées et de l’argent. Il est fait appel à « ces Messieurs de Saint-Malo », considérés alors comme les plus capables de France.

Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE

L’engagement massif des Malouins dans la guerre de course commence sous la guerre de Hollande et surtout pendant celle de la Ligue d’Augsbourg au cours de laquelle le jeune René Trouin, sieur du Gué (dit Duguay-Trouin) fera ses premiers embarquements. Vauban projeta alors de faire de Saint-Malo un port de guerre et l’ingénieur Siméon de Garenge fut chargé d’en  fortifier les abords. La ville est en effet bombardée en 1693 et 1695 et attaquée de nouveau en 1758. Pendant la guerre de Succession d’Espagne,  ils ouvrent une nouvelle route maritime par le cap Horn au commerce français sur la « Mer su Sud » et en rapportent les fabuleuses cargaisons d’argent du Pérou. C’est l’âge d’or de Saint-Malo.

Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE

Les Malouins sous-traitent avec la Compagnie des Indes Orientales pour importer le café de Moka (Yémen) et forment même une Compagnie des Indes Orientales de Saint-Malo. Duguay-Trouin s’empare de Rio de Janeiro et Mahé de la Bourdonnais de Madras. Des Malouins prennent possession au nom de la France de l’île Maurice qu’ils baptisent « Ile de France ».

Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE

1944 – 1967

La cité historique intra muros est l’une des rares en France à conserver intacte son enceinte de remparts. Personne ne pouvait alors imaginer qu’elle serait encore une cible vulnérable comme elle le fut en août 1944 lors des combats de la Libération à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE

La cité historique fut détruite à 80 % par les tirs de l’artillerie et le souffle des projectiles, mais l’enceinte des remparts ayant résisté dicta très rapidement l’idée qu’une reconstruction fidèle, dans les mêmes grandes lignes et les matériaux traditionnels, était possible. Ce fut la conviction du maire Guy La Chambre de relever la cité malouine telle qu’elle était avant le sinistre.

Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE

Enfin, en 1967, l’agglomération urbaine a réalisé son unité administrative avec la fusion des anciennes communes de Saint-Malo, Saint-Servan-sur-Mer  et Paramé.

Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE Exif_JPEG_PICTURE

Publicités

A propos gebete29

golfeur, photographe, randonneur et tireur à la poudre noire, retraité qui sintéresse à l'Histoire de la Bretagne
Cet article, publié dans Bretagne - histoire, Villes et villages remarquables, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Semper fidelis : Toujours fidèle. SAINT-MALO

  1. Melyssa658 dit :

    jolie découverte que ces photos de l’âge d’Or de St Malo qu’on ne peut qu’apprécier. L’amour de la mer, des bateaux et de l’épicurien qui se cache derrière 😉 est évident à travers chacune de ces photos où il est préférable d’avoir le pied marin :)). Merci pour ce moment d’évasion à travers l’histoire et les atouts de cette belle région. Bonne semaine et à très bientôt 🙂 *Mel*

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s