sortie vélo sur la Voie verte au nord de Carhaix

L’origine du vélo: Le 12 juillet 1817, un allemand de 32 ans, le baron Drais assis à califourchon sur une poutre en bois reliant deux roues parcourt avec sa machine 14,4 km en une heure par action de ses pieds sur le sol.

Cette machine appelée communément en France draisienne est brevetée en 1818 sous le nom de « vélocipède » puisque son but est « de faire marcher une personne avec une grande vitesse » (véloce = rapide, pède = pied). Son succès fut éphémère. Le vélocipède ne retrouva les faveurs du public que le jour où les inventeurs comme Michaux le dotèrent de pédales.

DSCN2202 DSCN2207

Le premier vélocipède à pédales : Paris, mars 1861 : un chapelier apporte à Pierre Michaux, serrurier, une draisienne à la roue avant défaillante pour réparation. L’un de ses fils Ernest l’essaye et se plaint du désagrément qu’il éprouve une fois lancé pour garder les jambes levées. Pierre suggère alors de poser des repose-pieds, ou plutôt « un axe coudé dans le moyeu de la roue » qui le fera « tourner comme une meule ». Ainsi une invention simple mais primordiale vit le jour : la pédale.

Le grand bi: On cherche alors à rendre le vélocipède plus rapide. Comme les pédales étaient fixées de part et d’autre du moyeu de la roue avant, il fallait augmenter le diamètre de cette roue motrice pour accroître la distance parcourue à chaque coup de pédale. Alors le diamètre de la roue avant ne cessera d’augmenter tandis que celui de la roue arrière diminuait son rôle se limitant à permettre l’équilibre de l’ensemble. Ainsi naquit le grand bi dans les années 1870.

Puis le grand bi en bois fut remplacé par le grand bi en acier. Vers 1875, le français Jules Truffault allégea jantes et fourches en les fabriquant creuses à partir d’un stock déclassé de fourreaux de sabre et construisit une machine en remplaçant les lourds rayons en bois par des rayons métalliques en tension.

En 1881, le grand bi atteint presque la perfection et pèse pour les modèles de course 10 à 11 kilogrammes ! Cependant, l’hypertrophie de la roue avant (on arrivera à des roues de 3 mètres de diamètre !) pose des problèmes de sécurité. Que les premiers spécimens, voulant échapper à la logique équilibriste des grands bi se soient appelés safety ou bicycle de sûreté confirme à quel point la hantise des chutes imposait le besoin d’engins plus proche du sol.

DSCN2209 DSCN2211 DSCN2215

L’invention de la chaîne: La bicyclette telle que nous la connaissons, avec ses roues de diamètres égales et sa traction par chaîne apparut au début des années 1880. Cependant, elle se différenciait de nos vélos actuels de par son cadre en croix. (Cette forme de cadre sera réactualisée dans les années 1970 avec les premiers VTT et de nos jours avec certains cadres monoblocs.)

Le premier cadre « actuel »: A partir des années 1890, la figure géométrique en triangulation des cadres s’imposa : le vélo d’antan ressemblait alors énormément au nôtre mais ressemblait seulement. Un grand nombre d’évolutions discrètes mais majeures devaient encore voir le jour : la roue libre, le pneumatique démontable, le changement de vitesse…

DSCN2219 DSCN2220 DSCN2223

L’avènement du pneumatique: En 1891, Charles Terront est vainqueur de la première grande course classique Paris Brest Paris sans étape. Il s’impose sur une bicyclette montée avec des prototypes Michelin : les premiers pneumatiques démontables. Mais la véritable révolution avait déjà eu lieu, quelques années auparavant en 1888, quand le vétérinaire écossais Dunlop avait réinventé le « tube creux de caoutchouc gonflé d’air » à la place d’un bandage plein jusqu’alors en vigueur.

(Le pneumatique avait en fait déjà été préconisé en vain par Thomson, en 1845, pour les roues des voitures à chevaux.)

DSCN2281 DSCN2285 DSCN2329

La chaîne en question… Un système de transmission sans chaîne mais par cardan (dit acatène) se substitua à la chaîne à la fin du 19ème siècle. Ce système eut son heure de gloire dans les courses de longue distance de 1896 à 1898. Très complexe, relativement lourd et ne permettant pas aisément un changement de vitesse, ce système disparut pour laisser place de nouveau à la transmission par chaîne.

Les premiers changements de vitesse: Dès l’exposition internationale de vélocipèdes de 1869, certains vélocipèdes comportaient déjà des systèmes imaginés pour des changements de vitesse.

A partir des années 1900 les premières bicyclettes avec changements de vitesse furent commercialisées. Paul de Vivie désireux que la bicyclette soit le plus commode possible pour les cyclotouristes, mettra au banc d’essai de multiples machines à changements de vitesse (avec bichaîne, chaîne flottante…). Il s’intéressera à toutes des expériences faites en ce domaine et se battra pour la « polymultication » ou changements de vitesse.

En 1913 à lieu à Chanteloup la course de la Polymultipliée où les coureurs expérimentent divers systèmes de changements de vitesse.

DSCN2227 DSCN2278 DSCN2306

Le dérailleur: 1911 : pour la première fois, le Tour de France franchit les cols des Alpes et à cette occasion, le Stéphanois Panel expérimente un changement de vitesse par dérailleur. Celui-ci, inventé quelques années auparavant, fut ensuite interdit par Henri Desgrange sur le Tour jusqu’à 1937.

En 1923, Juy lança le dérailleur Simplex. Le dérailleur à baguette vit le jour en 1933 grâce aux travaux de Campagnolo.

Le vélo pliant : Une lourde parenthèse: L’idée de diminuer l’encombrement du vélo pour mieux le transporter est apparu très tôt : en 1878 fut lancé en Angleterre un tricycle pliant. En 1895 la bicyclette du capitaine Gérard conçue pour l’armée recueillit un certain succès. Ainsi lors des deux guerres mondiales, ces vélos alourdirent le paquetage des soldats.

Au fait : quelle est la différence entre une bicyclette et un vélo ? Un élément de réponse : « Une silhouette profilée mauve fluo dévale à soixante-dix à l’heure : c’est du vélo. Deux lycéennes côte à côte traversent un pont à Bruges : c’est de la bicyclette. » Romancier français [Philippe Delerm] Extrait de La première gorgée de bière.

DSCN2311 DSCN2312 DSCN2319 DSCN2338

Le reflet de la nature.

… Joli arbre tu te mires,

Dans cette mare miroir, tel un émir.

J’aime à la folie, te regarder,

Végétation touffue que j’ai aimée.

DSCN2200 DSCN2272

Cette mare il me semble la connaître,

Mais je me trompe peut-être,

Je l’aperçois au long d’une randonnée,

Mare de Kermarzin, en Finistère doré.

 

Des arbres, t’entourent de leur bras,

Mais tel un miroir, tu reflètes et dis tout bas

Je suis l’étang de vos émois,

Appréciez-moi.

…                                                                           Morganne

DSCN2291 DSCN2301 DSCN2304

CARHAIX

La tradition populaire a dénommé au Moyen Âge puis à l’époque moderne en langue bretonne Hent Ahes ( = chemin d’Ahes) ou encore « chemins ferrés » (l’expression provient probablement du fait que les résidus issus d’anciens ferriers gallo-romains ont été utilisés pour empierrer les routes), un peu à la manière des chaussées Brunehaut dans le Nord-Est de la France, de nombreuses routes traditionnelles qui reprenaient le plus souvent les tracés des anciennes voies romaines même si parfois les tracés ont différé dans le temps. Bernard Tanguy pense que Ahes est une déformation de Carahes, ancien nom attribué à Carhaix. Ces chemins sont souvent devenus par la suite des routes royales, modernisées au XVIIIe siècle par le duc d’Aiguillon, gouverneur de Bretagne.

DSCN2238 DSCN2240 DSCN2247 DSCN2250 DSCN2253 DSCN2265 DSCN2271

Publicités

A propos gebete29

golfeur, photographe, randonneur et tireur à la poudre noire, retraité qui sintéresse à l'Histoire de la Bretagne
Cet article, publié dans Finistère, nature, randonnée, Villes et villages remarquables, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s