le GR4 traverse la Combraille

Etape 12 : lundi 26 mai : Saint-Jacques d’Ambur – Saint-Etienne-des-Champs (26.5 km) (+ 155 m ; – 224 m) (9 heures de marche) GÎTE D’ÉTAPE POUGETOUT –  Laveix  –   63380 SAINT-ETIENNE-DES-CHAMPS –   ½ pens. = 30.00 € 

Les Combrailles (ou la Combraille) sont une région naturelle de France, de basse montagne, située au nord-ouest du Massif central, à cheval sur les départements du Puy-de-Dôme, de l’Allier (région d’Auvergne) et de la Creuse (région du Limousin).

 ImageImageImageImageImageImageImage

Etape 13 : mardi 27 mai : Saint-Etienne-des-Champs – Crocq (21 km) (- 56 m ; + 79 m) (6h30 de marche) Gîte d’étape communal : Madame Villebonnet  – Nuitée en Chambre de 4 (2x 2 lits superposés) et petit déjeuner organisé par nous-mêmes = 10.00 €.

 ImageImageImageImageImageImageImageImage

Combraille des routes et des étangs. Tyx au pays des étangs. Voies romaines et route royale. Si la mise en valeur agricole des plateaux de Combraille date pour l’essentiel du Moyen Âge, leur colonisation avait toutefois été amorcée aux époques gauloise et gallo-romaine, le long des routes importantes qui traversaient le pays. La célèbre voie Agrippa, qui reliait Lyon à Saintes et que l’on a identifié vers Fernoël et Giat, croisait une route Evaux-les-Bains – Eygurande, de rang secondaire ; celle-ci passait non loin de Tyx, sur la commune de La Celle. Au XVIIIe siècle, Saint-Avit retrouvera cette tradition d’étape en devenant relais de poste sur la route royale Clermon-Limoges.

ImageImageImageImageImageImageImageImageImage

Aux confins du Puy-de-Dôme et de la Creuse, Saint-Avit et La Celle s’inscrivent dans cette partie de la haute Combrailleque l’on dénomme parfois le « pays des étangs ».Plus que les plateaux cristallins doucement vallonnés, plus que les vastes surfaces boisées, à l’origine d’une tradition de sciage toujours bien vivante, c’est en effet la succession de vastes plans d’eau qui fait ici toute l’originalité des paysages. On pense volontiers aux horizons nordiques, ce que ne contredisent ni les bosquets de bouleaux ni les prairies marécageuses. La comparaison, toutefois, s’arrête là : les étangs de Combraille ne doivent rien à l’érosion glaciaire, mais tout à la peine des hommes qui les ont créés, le plus souvent au Moyen Âge, dans le cadre des seigneuries. Celui de Tyx, l’un des plus vastes de la région (67 hectares), retient derrière sa digue les eaux de plusieurs ruisseaux formant le bassin supérieur d’un affluent du Sioulet. Associé à une maison seigneuriale, il illustre bien le caractère des étangs de Combraille, qui fournissaient à la noblesse de ces terres pauvres les revenus de leurs pêcheries comme celles des moulins installés sous les déversoirs. À Tyx, cependant, cela n’a pas suffi : en 1528, le seigneur dut vendre étang et moulins à un notaire de Miremont, pour « pourvoir aux besoins de ses quatre pauvres petits enfants »…

ImageImageImageImageImageImageImage

Etape 14 : mercredi 28 mai : Crocq – Aubusson (22 km) (6 heures de marche)

Arriver à Aubusson avant 17h30 pour prendre le bus-TER.

Crocq : Est du Plateau de Millevaches.

ImageImageImageImageImageImageImageImageImage

Mise en Place retour (récupérer le véhicule à Saint-Flour: Jeudi 29 mai :

Clermont-Ferrand, TER, direction Masiac-Blesle : 10h38

Massiac-Blesle, autocar vers Saint-Flour : 11h55 ; arrivée à Saint-Flour : 12h19.

Repas à Saint-Flour et visite de viaduc de Garabit et de Chaudes Aigues et dernière nuitée à St Flour, chez Siegfried et Sandra aux Planchettes, là où nous avons dormi le premier jour. Ils sont de formidables hôtes.

 ImageImageImageImageImageImageImageImage

Enveloppe globale : 130.00 + 450.00 + 280.00 = 860.00 €

Du 14 au 29 mai inclus (16 jours) la dépense moyenne : 53.00 €/jour

 ImageImageImageImageImageImageImage

Pour rien au monde, je n’aurais voulu être hébergé ailleurs que dans les gîtes choisis avant le départ, tant nous avons été toujours satisfaits par leurs prestations.

 ImageImageImageImageImageImageImageImage

Notre périple était placé sous le signe de la chance. En effet J’ai vécu six signes précis qui me permettent de l’affirmer.

1 – Dès la première heure, au départ de la première étape, le violent vent a fait voler un de mes gants en bas de la falaise de Saint Flour. Un de mes compagnons parvenait à le repérer à 40 mètres en contrebas, et un second compagnon, surnommé le « Chamois » a pu le récupérer.

2 – Toujours dans ce tout début du début du périple, le même vent vigoureux soufflait l’enveloppe protectrice d’un de mes appareils photographiques, utile pour la protection de l’écran et de l’objectif quand je range l’appareil dans ma poche entre deux prises de vue. N’ai-je pas retrouvé ce gant protecteur une demi-heure plus tard, à 1 kilomètre, sur le GR4 ?

3 – À la quatrième étape, j’ai cassé un de mes bâtons télescopiques en franchissant l’impressionnante Brèche de Roland, sous le Puy de Sancy et j’ai fait une glissade malencontreuse sur la neige qui surplombait la route du col de Serre de plusieurs mètres. Je me suis récupéré in extremis et me retrouvais bloqué dans une position inconfortable et hasardeuse. C’est à ce moment délicat que surgit Jean-Louis pour m’aider à me sortir de cette affreuse passe.

4 – Au départ de la cinquième étape j’ai contracté un claquage à un mollet. Ne sachant pas définir la blessure, j’ai poursuivi la randonnée de 23 km en souffrant pas mal. En fin de journée, mon moral était pitoyable, constatant que ma participation à la suite de notre projet était bien compromise. J’ai passé la sixième étape à consulter un médecin qui m’a prescrit les soins nécessaires et adaptés sans garantir que je pouvais continuer à marcher. Le septième jour, j’ai pu parcourir la randonnée et chaque jour suivant, l’alerte musculaire allait s’améliorant, ce qui m’a permis d’accomplir la totalité de notre périple auvergnat.

5 – En fin de neuvième étape, Jean-Paul trouve un bâton télescopique oublié par un randonneur distrait. Le groupe de mes compagnons de route a souhaité unanimement me l’offrir. Comment pouvait-on mieux marquer ce jour de la saint Didier ?

6 – Après la longue et ardue montée matinale de la dixième étape vers le sommet du Puy-de-Dôme, je constate au col de Ceyssat que j’ai oublié mes documents (road-book, agenda, topo-guides, compeed, …) au gîte de Laschamp. Thomas, n’a pas mis dix minutes après mon appel téléphonique pour me l’apporter.

 ImageImageImageImageImageImage

Si je devais résumer en 10 mots ce périple placé sous le signe de la chance :

1 – sens de l’accueil ;                       2 – charcuterie ;                             3 – truffade ;                          4 – étangs et lacs ;                          5 – orchidées ;                                 6 – boissons à base de gentiane ;                                 7 – vaches Salers ;                                          8 – Milan rapace ;                            9 – Border Collie ;                           10 – dénivelé

ImageImageImageImageImage

Bilan final: Extraordinaire quinzaine de randonnées, les Bougnats savent recevoir, leurs spécialités régionales ne permettent pas de perdre des kilos malgré les efforts déployés tout le long des pentes permanentes, des paysages magnifiques, la France profonde et sereine, presque un peu oubliée. Nous avons été chanceux et inspirés d’avoir choisi de « remonter » le Gr4 du sud vers le nord. Un regret: ne pas avoir eu le temps de visiter le musée de la tapisserie d’Aubusson. Le temps des nombreux trajets pour rallier Clermont-Ferrand à 90 km d’Aubusson est démesuré, les moyens de transport en commun ne savent pas simplifier les liaisons entre Limousin et Auvergne, régions hermétiques.

ImageImageImageImageImage

 

PROJETS JUSQU’EN 2017

Octobre 2014: Tour du Mont-Aigoual (Cévennes)

—————   —————

2015 – 1 : Aubusson-Rocamadour-Périgueux

2015 – 2: 1/3 ouest des Pyrénées

—————   —————-

2016 – 1: Périgueux – Rodez

2016 – 2: Portugal; Evora – Douro

—————   —————-

2017 – 1: /3 centre Pyrénées

2017 – 2: Verdun – Champs de bataille Grande Guerre 14-18

Publicités

A propos gebete29

golfeur, photographe, randonneur et tireur à la poudre noire, retraité qui sintéresse à l'Histoire de la Bretagne
En passant | Cet article, publié dans nature, randonnée, Villes et villages remarquables, Voyages, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s