Paysages argonnais

L’Argonne est une région naturelle de la France, s’étendant sur les départements de la Marne, les Ardennes et la Meuse, à l’est du bassin parisien. L’Argonne est une région de forêt et d’étangs. La principale localité de l’Argonne est Sainte-Menehould.

Longtemps, l’Argonne a été considérée, non comme une véritable entité, mais comme partagée entre les deux régions majeures que sont la Champagne et la Lorraine.

DSC06759DSC06733

En 1782, l’Encyclopédie méthodique de géographie moderne1 décrit l’Argonne comme suit : « Contrée de France, qui s’étend en Champagne & dans le Barrois. Elle a environ 18 lieues de long sur une largeur fort inégale. Cette contrée n’est pour ainsi dire qu’une grande forêt, dans laquelle sont des vuides où l’on a bâti des villes & des villages. Les habitants en cultivent les environs avec le plus grand soin ; mais indépendamment de ce que la qualité du sol n’est pas bien bonne, les bêtes fauves dont le pays est rempli, les privent en grande partie du fruit de leur labeur. Le bétail leur réussit mieux, & le commerce des bois leur est encore une ressource. Sainte-Menehould est capitale de cette contrée ».

DSC06768DSC06783DSC06788

Une amatrice : « Je m’inspire de la nature argonnaise en toutes saisons, des villages, des champs… je peins des tableaux assez variés, de différents formats. Pour reproduire ces instantanés de la vie quotidienne, je prends des photos avant de venir peindre dans mon atelier. « Vous savez, l’image du peintre qui s’installe au milieu des champs et qui fait son tableau, ça n’existe plus beaucoup, assure-t-elle. Je préfère travailler chez moi ».

DSC06797DSC06803DSC06809DSC06816

Octobre, dernières nuances de vert pour les paysages argonnais, la nature prend ses éclatantes couleurs automnales pour quelques semaines, moment privilégié pour le photographe. Il doit saisir la lumière matinale filtrée au travers de la fraîche rosée s’évaporant pour former une atmosphère voluptueuse, mais aussi l’intense et contrastée luminosité couchante.

DSC06820DSC06821DSC06826

Au XIXe siècle, la découverte des coquins, des nodules de phosphate de magnésium, va développer une petite industrie des engrais à partir du milieu du siècle (premier moulin en 1855) ; les anciennes installations de lavage du minerai de fer, en disparition, ainsi que des moulins vont être reconvertis pour le lavage et le concassage des coquins. L’activité se développe et pour envoyer l’engrais dans toute la France, la gare ferroviaire de Grandpré est agrandie. L’activité durera plus d’un demi-siècle et s’éteindra après avoir périclité vers la fin du siècle face à la concurrence des nouvelles sources de phosphates. Le dernier moulin à coquins fermera après la Première Guerre mondiale.

DSC06833DSC06837DSC06841

Dans l’histoire de France, la région de l’Argonne s’est forgé une réputation grâce surtout à trois évènements :

L’arrestation à Varennes de Louis XVI en 1791,

La bataille de Valmy en 1792 (C’est au célèbre Moulin de Valmy, le 20 septembre 1792, que l’armée révolutionnaire sous les ordres de Dumouriez et Kellermann arrêta l’invasion austro-prussienne, commandée par le duc de Brunswick.)

La Grande Guerre de 1914-18, notamment lors de la Bataille de l’Argonne, en septembre 1915.

DSC06852DSC06865DSC06874

Publicités

A propos gebete29

golfeur, photographe, randonneur et tireur à la poudre noire, retraité qui sintéresse à l'Histoire de la Bretagne
Cet article, publié dans nature, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s