Le Conquet et sa station SNSM

DSC07295DSC07298DSC07305Mouette ou… goéland ? Indices : taille, couleurs et cri :

La principale différence tient à la taille. « La mouette est plus petite au moins d’un tiers que le goéland. » Le goéland a toujours le bec jaune. Pour rentrer dans le détail, l’argenté a le dos gris, les pattes roses et le bout de la queue noir. Le goéland brun, de même taille, a des pattes jaunes et un dos noir. Et le marin, plus grand, des pattes roses et le dos ardoise. Quant aux mouettes, elles ont plutôt les pattes rouges. On voit beaucoup la rieuse en hiver, avec une tête blanche, un point noir derrière l’œil, un bec rouge. Ça se corse l’été. « Sa tête devient chocolat-foncé. » Comme la mouette de Gaston Lagaffe… La mélanocéphale est de passage en ce moment. Ses caractéristiques : pointe des ailes blanche, tête noire comme une cagoule, pattes et bec rouges. Pour lever le doute, tendez l’oreille… La mouette rieuse a comme un ricanement moqueur aigu. Le goéland, un couac strident, plus rauque, plus grave.

DSC07280DSC07285DSC07293

La prospérité du Conquet est due à son port situé dans l’anse de Poulconq (Poulconquet en 1398). Le port, très ancien, eut à soutenir maints sièges de la part des Anglais de 1313 à 1558… Par exemple, en 1543, Ambroise Paré, qui accompagne René Ier de Rohan venu défendre la province, trouve « la population en armes, le tocsin sonnant de toutes parts » en raison de la menace d’un débarquement anglais finalement écarté. Il en profite pour décrire le jeu de la lutte bretonne alors déjà pratiquée.

Port crabier important, Le Conquet est également devenu un lieu de production réputé pour le poisson noble. Le port de pêche est géré depuis 2007 par la chambre de commerce et d’industrie de Brest.

Depuis quelques années, la flottille a diversifié ses activités : à côté des caseyeurs traditionnels pratiquant la pêche au tourteau se sont développés les fileyeurs qui ramènent lotte, raie, barbue, turbot ou langouste ainsi que du poisson de petite pêche, frais du jour. Le tourteau demeure néanmoins le symbole du port du bout du monde.

Le phare de Kermorvan est situé au nord-ouest du port du Conquet, dans le Finistère en Bretagne. Le phare fut construit en 1849 sur un rocher, à la pointe de la presqu’île de Kermorvan, site classé appartenant au Conservatoire du littoral. Il est relié à la terre par un pont de granite et sa hauteur est de 20,30 mètres. Le phare à la forme d’une tour carrée. Il ne se visite pas et est télécontrôlé depuis Ouessant. Le phare de Kermorvan est le phare à terre le plus occidental de France.

DSC07326DSC07332DSC07334

La station de sauvetage en mer du Conquet a été officiellement inaugurée le 10 mars 1867.

L’abri du canot se trouvait alors en haut de la pointe Saint-Christophe, bâtiment qui fut ensuite magasin des Ponts et Chaussées, bureau du Port, bureau de la Douane et plus récemment Coopérative des Marins Pêcheurs puis Comptoir Maritime.

DSC07339DSC07344

LES CANOTS :

Le premier en 1867 le Mallats-Desmortiers, un canot à rames de 9,78 m. Il fallut attendre 1890, pour qu’un nouvel abri soit construit en bas de la pointe Saint -Christophe, à l’enracinement de la digue, c’est actuellement un magasin de marée/vivier.

Après 33 ans de service, Le Mallats-Desmortiers a été remplacé par un canot du même modèle qui avait été en poste à Cap Breton sous le nom de Cap Breton et à Saint-Valery en Caux sous le nom de Jean Dufour. Arrivé au Conquet en 1900 il a été rebaptisé Mallats-Desmortiers.

DSC07350DSC07356

… /… En 1932, un nouvel abri a été construit à la pointe Sainte-Barbe, un canot à 2 moteurs y a été affecté, le Nalie Léon Drouin. Il effectué sa dernière sortie le 18 juin 1940 au secours des rares survivants de l’aviso Vauquois détruit par une mine devant Le Conquet. Inactif pendant la guerre, le Nalie Léon Drouin a été écrasé dans l’explosion de son abri dynamité par les soldats allemands en août 1944.

DSC07358DSC07363

En 1948, le Docteur Paul Le Dien, un canot neuf à deux moteurs est venu prendre place dans l’abri reconstruit. Il est resté au Conquet jusqu’au 1er décembre 1954 date à laquelle il a rallié les Sables-d’Olonne.

Le Docteur Paul Le Dien a été remplacé par le Rigault de Genouilly, un canot à deux moteurs construit en 1935 et refondu après-guerre. Il se trouvait disponible en raison de la suppression de la station du Stiff à Ouessant. Victime d’une avarie en 1962 et jugé irréparable, il a été alors démoli.  Ce n’est que le 2 mai 1964 que la station du Conquet reçoive un nouveau canot, le Patron Aristide Lucas. Il est resté en service jusqu’en septembre 1998.

DSC07367DSC07368DSC07374

L’Aristide Lucas n’était plus rentré dans son abri depuis 1997, en raison de la vétusté de la cale de lancement qui menaçait ruine. C’est donc sur son corps mort de la digue Sainte-Barbe qu’est venue s’amarrer sa remplaçante la Jeanne-Pierre, vedette prototype des V1 de… 1974. De juin 1979 à fin août 2001 la station du Conquet a disposé d’un second moyen d’intervention, la SNS 314, Brest-Les Abers, une « Antarès » de 8 m. (je croyais qu’elle était baptisée Paul Harris, le fondateur du Rotary International… car offerte par le Rotary Club de Brest-les-Abers)

En juin 2002 la SNS 314 a été remplacée par un pneumatique à coque rigide de 6 mètres, équipé d’un moteur de 100 CV le SNS Deom Dei (« Allons-Y », en breton). Fin février 2005, une V1 NG, vedette de première classe de nouvelle génération a été mise en chantier pour la station du Conquet. Le 28 octobre 2005, la SNS151 La Louve franchissait les passes du Conquet, en remplacement de la Jeanne-Pierre, convoyée à Saint-Malo pour être remise au CERO, atelier technique et de maintenance du matériel SNSM.

DSC07408DSC07422

Le 16 juillet 2009, le nouveau moyen de sauvetage semi-rigide SNS 607 « Deom Dei » a quitté Arzon et rallié Le Conquet par voie routière. Après quelques aménagements, il est opérationnel depuis le 23 juillet 2009. Son prédécesseur qui a encore de beaux jours devant lui a été gracieusement offert au Centre de Formation des nageurs sauveteurs de Brest.

Publicités

A propos gebete29

golfeur, photographe, randonneur et tireur à la poudre noire, retraité qui sintéresse à l'Histoire de la Bretagne
Cet article, publié dans Bretagne - histoire, Finistère, océans, Villes et villages remarquables, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Le Conquet et sa station SNSM

  1. doco dit :

    c’est un Bonheur de se lever le matin et de lire tes commentaires sur la Bretagne;Au Conquet dans ton reportage photo on entend les mouettes.
    AMITIES Francis.

  2. Richard TANGUY dit :

    Bonjour, je n’ai pas trouvé où vous contacter. Je recherche des infos sur la rade de Brest. Pourriez-vous me joindre par e-mail pour en discuter ? Merci.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s