Plutôt vivre en Cartes postales

Plutôt la Vie – André BRETON.

Strophe 1 :

Plutôt la vie que ces prismes sans épaisseur même si les couleurs sont plus pures

Plutôt que cette heure toujours couverte que ces terribles voitures de flammes froides

Que ces pierres blettes

Plutôt ce cœur à cran d’arrêt

Que cette mare aux murmures

Et que cette étoffe blanche qui chante à la fois dans l’air et dans la terre

Que cette bénédiction nuptiale qui joint mon front à celui de la vanité totale

Plutôt la vie.

160330-C-Postales-humour-12160330-mag & CP-2

Strophe 2 :

Plutôt la vie avec ses draps conjuratoires

Ses cicatrices d’évasions

Plutôt la vie plutôt cette rosace sur ma tombe

La vie de la présence rien que de la présence

Où une voix dit Es-tu là où une autre répond Es-tu là

Je n’y suis guère hélas

Et pourtant quand nous ferions le jeu de ce que nous faisons mourir

Plutôt la vie

160330-mag & CP-28DSC02881DSC02885

Plutôt la Vie – André BRETON.

Strophe 3 :

Plutôt la vie plutôt la vie Enfance vénérable

Le ruban qui part d’un fakir

Ressemble à la glissière du monde

Le soleil a beau n’être qu’une épave

Pour peu que le corps de la femme lui ressemble

Tu songes en contemplant la trajectoire tout du long

Ou seulement en fermant les yeux sur l’orage adorable qui a nom ta main

Plutôt la vie

160330-mag & CP-214DSC02891DSC02901

Strophe 4 :

Plutôt la vie avec ses salons d’attente

Lorsqu’on sait qu’on ne sera jamais introduit

Plutôt la vie que ces établissements thermaux

Où le service est fait par des colliers

Plutôt la vie défavorable et longue

Quand les livres se refermeraient ici sur des rayons moins doux

Et quand là-bas il ferait mieux que meilleur il ferait libre oui

Plutôt la vie

160330-mag & CP-225DSC02903DSC02904

Strophe 5 :

Plutôt la vie comme fond de dédain

A cette tête suffisamment belle

Comme l’antidote de cette perfection qu’elle appelle et qu’elle craint

La vie le fard de Dieu

La vie comme un passeport vierge

Une petite ville comme Pont-à-Mousson

Et comme tout s’est déjà dit

Plutôt la vie                                                      André Breton

160330-mag & CP-234DSC02906DSC02907DSC02911

« Parlant en Amérique, en 1942, aux étudiants de l’Université de Yale, je faisais valoir que : « Le surréalisme est né d’une affirmation de foi sans limites dans le génie dans la jeunesse. » Cette foi, pas un instant pour ma part je ne l’ai reniée. Chateaubriand dit superbement : « Enfant de la Bretagne, les landes me plaisent. Leur fleur d’indigence est la seule qui ne soit pas fanée à ma boutonnière. » Je participe aussi de ces landes, elles m’ont souvent déchiré mais j’aime cette lumière de feu follet qu’elles entretiennent dans mon cœur. Dans la mesure où cette lumière m’est parvenue, j’ai fait ce qu’il était en mon pouvoir pour la transmettre : je mets ma fierté à penser qu’elle n’est pas éteinte encore. À mes yeux, il y allait par-là de mes chances de ne pas démériter de l’aventure humaine. »

André Breton, Entretiens, 1952.

DSC02916DSC02919DSC02933DSC02947

Mon «bébé» est amoureux ! C’est le printemps… Pour les enfants aussi ! Eh oui, alors même qu’ils sont encore à la crèche, ils peuvent être submergés par l’amour ! Ces deux mignons bébés, un garçon et une fille, loin d’être sages tous les deux, ils profitent du fait que les parents s’endorment pour tenter de se faire des bisous. Puisqu’ils n’ont de câlins de leur entourage, ils veulent s’en faire tous les deux.

DSC02949DSC02951DSC02953

Le baiser est une étape importante ; il marque le début d’une relation, la rencontre sensuelle entre deux corps. Témoignage de tendresse par excellence, c’est aussi l’ingrédient indispensable des préliminaires amoureux.

DSC02955DSC02986DSC02990

Blonde pulpeuse, nymphette diaphane, bourgeoise vertueuse… Les canons de beauté n’ont cessé d’évoluer au cours des siècles. Marylin Monroe aurait-elle été une beauté dans l’Antiquité ? Apprécierions-nous la femme idéale du XVIIe siècle ?

DSC02992DSC02994DSC03208

Publicités

A propos gebete29

golfeur, photographe, randonneur et tireur à la poudre noire, retraité qui sintéresse à l'Histoire de la Bretagne
Cet article, publié dans Philosophie, Plutôt vivre, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s