Brest se dote d’un téléphérique urbain

L’arbre empatique – Enric Ruiz Geli – 2012. Sculpture de douze mètres mêlant le métal au végétal, l’œuvre de l’architecte et artiste Enric Ruiz Geli (né en 1968) se présente comme un arbre hybride. Entre nature et technologie, un nouveau rapport s’instaure, un système vidéo rendant compte des espèces vivantes venues s’installer. (Accompagnement artistique du tramway).

1-160902-Téléphérique brestois 7-160902-Téléphérique brestois11 075-DSC01455 083-DSC01463 104-DSC01484

Le pont de Recouvrance. La Penfeld a été le cœur de l’activité de Brest depuis le choix de Richelieu d’y installer port et arsenal (aujourd’hui dénommé base navale). En 1681, Louis XIV unit Brest à Recouvrance, sur l’autre rive. Les bassins de Pontaniou, creusés vers 1750 accueillent toujours des navires. Sur le plateau, à côté des immeubles d’après-guerre et de la vieille prison de Pontaniou, datant de 1810, on voit les bâtiments du plateau des Capucins, remarquable exemple de l’architecture industrielle du Second Empire. Autour de ces grands ateliers destinés à abriter des activités économiques et culturelles à vocation métropolitaine, se dessine, sur 12 hectares, un nouveau quartier de centre-ville mixant logements, bureaux et commerces et desservi par le tramway.

12-160902-Téléphérique brestois8 14-160902-Téléphérique brestois10 071-DSC01451 106-DSC01486

Le téléphérique de Brest est un projet de téléphérique urbain entre les deux rives de la Penfeld, fleuve côtier qui coule à Brest et sépare les quartiers de Siam et des Capucins. Celui-ci est le premier de ce type en France. Envisagé en 2011, alors que s’achèvent les travaux de construction de la première ligne du tramway de Brest, le projet de téléphérique de Brest a pour objectif de limiter l’effet de coupure urbaine due au fleuve côtier Penfeld, siège de l’arsenal militaire et dont l’accès est interdit au public. Seuls deux ponts, le pont de Recouvrance et celui de l’Harteloire permettent la traversée en cœur de ville. Ces ouvrages arrivent aujourd’hui en limite de capacité notamment aux heures de pointe.

04-160902-Téléphérique brestois15 043-DSC01423

En rive droite, le développement de Recouvrance qui était autrefois le quartier des marins et des ouvriers de l’arsenal, s’est vu freiné par la coupure urbaine1 de la Penfeld. C’est sur la rive gauche que se sont développés le centre-ville et l’attractivité économique. Bien que situé en cœur de ville, Recouvrance n’a pas connu le dynamisme de la rive gauche et fait aujourd’hui l’objet d’une opération de renouvellement urbain.

046-DSC01426 051-DSC01431 059-DSC01439

En novembre 2014, Brest a retenu le projet du groupement de conception et de réalisation porté par Bouygues Construction et BMF pour la réalisation du téléphérique urbain. Le constructeur a ainsi proposé son concept breveté de SDMC (Saut de Mouton à Câble) qui repose sur les technologies de funitel et de 2S/3S.

109-DSC01489 122-DSC01502

Il s’agit d’un dispositif en va-et-vient à deux voies larges (3,2 m mini) composé de 4 câbles porteurs (2 par voie) et de 2 boucles indépendantes de câbles tracteurs. La spécificité du système SDMC repose sur le croisement des 2 voies qui s’effectue à mi-ligne dans le plan vertical. Les 2 voies se rejoignent ensuite pour fusionner au niveau des stations. Les cabines arrivent exactement sur le même quai, ce qui permet une optimisation de l’encombrement des stations et la simplification du flux des voyageurs en station.

19-160902-Téléphérique brestois18

Estimé à 19,1 M€, financé à 49% par le versement transport perçu sur le territoire de la métropole et 51% par des cofinancements Europe, État, Région Bretagne et Département du Finistère, le téléphérique a vu ses travaux débuter fin juillet 2015 pour une mise en service prévue initialement mi-2016.

049-DSC01429 114-DSC01494

D’une longueur de 420 m et survolant la Penfeld à 65 m de hauteur, la ligne sera intégrée au réseau de transport public Bibus3 qui comprend aujourd’hui 25 lignes de bus et une ligne de tramway. Le téléphérique sera donc utilisable dans les mêmes conditions et avec le même ticket ou abonnement que l’ensemble du réseau. Conçu pour fonctionner en mode automatique, le système sera piloté depuis le poste de commande centralisé commun au tramway, bus et téléphérique situé au centre de maintenance de la rive droite.

041-DSC01421

D’une capacité de 1 200 passagers à l’heure, il permettra de transporter 675 000 passagers par an entre la station de la rive gauche, à proximité de la station tramway Château, à l’angle des rues Ducouedic et du boulevard Jean Moulin, et la station de la rive droite située à l’intérieur des ateliers des Capucins.

038-DSC01418 047-DSC01427

Reliant les deux stations en 3 minutes, les deux cabines spécialement désignées pour Brest par le cabinet Avant-Première peuvent accueillir chacune 60 passagers. Elles s’arrêtent en station pour une meilleure accessibilité.

Publicités

A propos gebete29

golfeur, photographe, randonneur et tireur à la poudre noire, retraité qui sintéresse à l'Histoire de la Bretagne
Cet article, publié dans Brest, Finistère, Téléphérique urbain, Villes et villages remarquables, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s