à Aureille, restons connectés

Aureille se trouve entre la chaîne des Alpilles et la plaine de la Crau, à mi-chemin entre les communes d’Eyguières et de Mouriès. Il est dominé par le signal des Opiès, point culminant de la commune. Membre des communes de la vallée des Baux, les Aureillois revendiquent des traditions qui le rapprochent de la ville d’Arles.

161028-aureille12dsc06809

Aureille appartient géologiquement à la plaine de la Crau : son sol est constitué d’alluvions à galets. On retrouve ce type de sol sur tout le plateau d’Aureille, jusqu’à l’endroit où il descend abruptement sur Mouriès. La composition du sol est alors modifiée, constituée de dépôts de versant. Les sommets au nord d’Aureille, notamment la tour des Opies, sont très différents de ce que l’on retrouve d’ordinaire dans le massif des Alpilles. Si, aux Opies comme dans le reste des Alpilles, le sol est fait de molasse calcaire, celui des Opies remonte au jurassique, tandis que les Alpilles sont plus récentes et remontent au crétacé.

dsc06818

Le climat à Aureille, comme dans les Alpilles, est considéré comme méditerranéen. Les hivers y sont doux et relativement humides, tandis que les étés sont chauds et secs. La température moyenne maximale est observée en juillet et août (+29 °C), la température moyenne minimale en décembre et janvier (+3 °C). Le mois le plus pluvieux est janvier avec 7 jours de pluie en moyenne, contre 2 jours en juillet. La région des Alpilles reçoit davantage de précipitations que le littoral de la Méditerranée : 500 mm/an en Camargue contre 600 à 700 mm/an à Aureille.

161028-aureille1dsc06829

Le mistral y souffle violemment du nord ou du nord-ouest, particulièrement en hiver et au printemps. Les Alpilles dévient le vent, mais Aureille ne peut profiter de sa position au sud du piémont du massif et le vent y souffle pratiquement aussi fort que dans le nord de la chaîne. Le mistral souffle fortement 100 jours par an en moyenne et faiblement 83 jours, ce qui ne laisse que 182 jours sans vent par an.

161028-aureille18

De nombreuses espèces animales nichent dans les Alpilles et peuvent aléatoirement être observées sur le territoire de la commune d’Aureille. La plus réputée est l’aigle de Bonelli, espèce protégée, comme le vautour percnoptère, le faucon crécerellette et le hibou grand-duc. Les rochers arides abritent une espèce de lézard emblématique des Alpilles, le lézard ocellé, lui aussi considéré comme menacé et protégé.

dsc06841dsc06842

Au premier âge du fer, les habitats préhistoriques continuent d’être habités pour la plupart, notamment au vallon des Tardières, même si celui-ci se dote d’un rempart de pierres.

161028-aureille23

Dans les siècles qui précèdent l’arrivée des Romains, le territoire d’Aureille, comme l’ensemble des Alpilles, est peuplé de Ligures, de Celtes et de Celto-Ligures. Si le site d’Aureille fut habité depuis la plus haute Antiquité, il est envisageable qu’un membre de la gens Aurelius eut ici une villa. Les invasions germaniques désertifièrent le lieu à partir du Ve siècle.

dsc06844dsc06848

Moyen Âge : Dès le XIIe siècle, le peuplement reprit. L’église du village, Sancta Maria de Auricula, appartint au diocèse d’Arles. En 1224, un citoyen d’Arles, Bertrand Ybilion, propriétaire du castrum, le céda à la communauté d’Arles. Mais la ville d’Arles ne put s’occuper d’un territoire aussi éloigné. Aureille fut déserté, d’autant que le village subit régulièrement le passage de grandes compagnies au XIVe siècle.

dsc06850

Il faudra attendre le 31 mai 1604, pour voir le village reprendre vie. Louise d’Ancézune, dame de Saint-Chaumont, acheta aux consuls d’Arles les trois quarts de la terre d’Aureille pour la somme de 23 820 écus. Veuve de Christophe de Saint-Chaumont, premier baron du Lyonnais, elle possédait une fortune considérable. « Parce que le terroir a été laissé il y a plus de deux cents ans si inculte et désert, ladite dame de Saint-Chaumont desireroit y faire construire quelques maisons et le rendre fertile et bien cultivé »}. Et c’est ainsi que le village revint à la vie. Des colons virent s’y établir, encouragés par les avantages fiscaux qui leur étaient proposés. Entre 1608 et 1620, une vingtaine de familles s’implanta à Aureille, à la tête desquels se trouvaient Antoine Payan et Antoine Escarioly, habitants d’Eyguières. Ces familles habitaient Eyguières mais sont originaires des Alpes (Gap, Sisteron, Barcelonnette, le Dauphiné, ou, plus près, la région d’Apt). Les terres incultes furent défrichées, on pratiqua l’élevage de chèvres et de brebis, le seigneur entretint des troupeaux de juments et de bœufs.

dsc06869dsc06876

En 1792, lorsque le Comité de Salut Public fit des reproches à la communauté d’Aureille pour ne pas lui avoir signalé des suspects, mettant en doute le civisme des habitants. La réponse des Aureillois fut : « Notre communauté est d’une petite population, composée de gens uniquement occupés des travaux de la campagne. Toujours fermes dans les principes républicains, nous sommes prêts à les soutenir jusqu’au dernier soupir. N’ayant jamais eu de suspect parmi nous, nous ne sommes pas dans le cas d’envoyer aucun tableau relatif à ce sujet ». La communauté d’Aureille eut à endurer plusieurs épisodes de peste et de choléra, notamment au cours du XIXe siècle.

dsc06882dsc06886

À partir de 1970, le village se dota d’équipements collectifs, donnant à Aureille un nouvel essor et un accroissement important de sa population. En octobre 1989, un important incendie ravagea 1 500 hectares des Alpilles dont l’essentiel se trouvait sur la commune.

dsc06890

Agriculture : L’agriculture est très présente à Aureille. On y cultive des fruits et des légumes, ainsi que du foin de Crau, seul aliment pour animal protégé par une AOC (31 mai 1997). Le mouton y est élevé, comme dans plusieurs autres communes des Alpilles. La commune produit de l’huile d’olive de la vallée des Baux-de-Provence qui est protégée par une appellation d’origine contrôlée (AOC) depuis un décret pris par l’INAO, le 27 août 1997.

dsc06896dsc06901

Le château d’Aureille, d’architecture la fin XIIe début du XIIIe siècles, domine le village et offre un vaste panorama sur la plaine de la Crau. Il est cité dans le testament de Pons de Lamanon (10 septembre 1359) et est la possession de la famille de Lamanon depuis au moins 1289. Le château est assiégé en 1592 pour en déloger les troupes du capitaine Rondellet. On en entreprend le démantèlement dès l’année suivante, démantèlement qui lui donne pour une bonne part la forme qu’il conserve aujourd’hui. Le bâtiment contenait deux niveaux : un rez-de-chaussée accessible depuis le sud-est et un étage qu’éclairait une baie imposante. La porte d’entrée a été restaurée.

dsc06905dsc06906

Aureille compte plusieurs oratoires, dont l’oratoire Saint-Véran. Saint Véran est vénéré par les bergers, confrérie rassemblant beaucoup de monde à Aureille, en raison de l’activité pastorale intense qui s’y est développée au fil des siècles. D’autres oratoires sont dédiés à des saints vénérés en Provence : saint Joseph (vers 1840), saint Pierre, sainte Anne, saint Éloi, saint Roch. En raison des nombreuses sécheresses qui ont sévi à Aureille au fil des siècles, le village s’est doté de nombreuses fontaines ainsi que d’un lavoir qui intègre deux fontaines extérieures. Sur la place de l’église se dresse une fontaine moussue surmontée d’un figuier.

dsc06908

Publicités

A propos gebete29

golfeur, photographe, randonneur et tireur à la poudre noire, retraité qui sintéresse à l'Histoire de la Bretagne
Cet article a été publié dans Alpilles, nature, Provence, randonnée, Villes et villages remarquables, Voyages. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s