Les bateaux inévitables des ports de BREST

25-170123-marina-du-chateau2430-170123-marina-du-chateau2945-170123-marina-du-chateau44207-dsc02662217-dsc02673192-dsc02647Tout au long du défilement de ces images, on va voir à plusieurs reprises des navires remarquables qui font partie du paysage portuaire de BREST. Ce sont : le « Captaine Tsarev, l’Imoca « PRB3 », la goélette « La Recouvrance », le remorqueur « Abeille Bourbon » et le transport de passagers « Enez Eussa III ». Je vais tenter de décrire chacun de ces bateaux, en relatant succinctement leur histoire, parfois rocambolesque.

007-dsc02456012-dsc02461013-dsc02462052-dsc02501157-dsc02611

183-dsc02638

17 mai 2016 – L’épopée statique du « Captain Tsarev » touche à sa fin. Cet immense vraquier de 153 m de long, abandonné par son armateur depuis 2008, est resté durant près de huit ans à quai, au port de Brest. Au terme de nombreux rebondissements, la région a mis fin à ce feuilleton interminable le 10 mai 2016. Les Recycleurs bretons, société de recyclage de métaux basée à Plouigneau vont déconstruire l’immense carcasse. L’histoire du « Captain Tsarev » paraît invraisemblable. Ce cargo d’abord russe, qui a battu pavillon chinois, coréen, grec, puis panaméen, est arrivé à Brest en 2008, à la suite d’une avarie de propulsion, alors qu’il naviguait à vide, au large des côtes.

168-dsc02623

Le coût du remorquage avait bien été pris en charge, mais au moment de régler les 400 000 EUR pour les réparations mécaniques, son armateur grec a pris la poudre d’escampette. Les marins, laissés en plan, sont rentrés chez eux. A ce jour, ils lui réclameraient encore près de 92 000 EUR.

09-170123-marina-du-chateau8

Le cumul des sommes impayées — dont son stationnement à Brest qui s’élève à 700 000 EUR — ont formé tout le nœud du problème. C’est la région et la chambre de commerce et d’industrie de Brest qui ont été forcées de prendre le relais. « La déconstruction du navire se fera entre juin et octobre 2016, et commencera à flot, avec le désamiantage, l’enlèvement des solides et le pompage des hydrocarbures. Puis ce sera au radoub, au port de commerce ». Impossible donc de se débarrasser de l’immense coque rouillée pour juillet et les fêtes maritimes de Brest 2016.

20-170123-marina-du-chateau19132-dsc02583187-dsc02642

14 août 2016 – Le dégagement de gaz carbonique sur le chantier de déconstruction du Captain Tsarev, vendredi à Brest, a fait cinq victimes. L’une d’entre elles, 60 ans, une personnalité du milieu maritime n’a pas pu être réanimée. Les quatre autres victimes ont été hospitalisées. Trois d’entre elles sont ressorties de l’hôpital de Brest, la quatrième restait sous observation, mais son état n’inspirerait pas d’inquiétude.

Trois personnes ont été entendues par les enquêteurs : l’une des victimes ressorties de l’hôpital et des PDG respectifs des Recycleurs bretons et de la Sib, société d’isolation brestoise. La première entreprise est la responsable du chantier de déconstruction du Captain Tsarev, après avoir remporté l’appel d’offres de la Région, au printemps dernier. La seconde était en charge du déflocage et du désamiantage du navire.

148-dsc02599

Le système anti-incendie du navire s’est déclenché pour une raison inconnue. Ce système repose sur la diffusion de gaz carbonique, qui permet d’étouffer un incendie. La commande de ce mécanisme se trouve en dehors de la salle des machines. Il s’agit d’un système à commande manuelle et non automatique. Les bonbonnes de gaz du Tsarev se trouvaient près de la salle des machines.

178-dsc02633

2 novembre 2013 – Saisie. 60-pieds en souffrance quai Malbert – Son propriétaire, une société polonaise, n’a pas payé son ponton depuis près d’un an. Des scellés ont été posés sur le 60-pieds (18 m) amarré devant le chantier du Guip. Le voilier avait pourtant débuté en fanfare sa carrière autour du monde.  Le 60-pieds Imoca qui a fait les grandes heures de la classe avec Michel Desjoyeaux et Vincent Riou (PRB), puis Anne Liardet et Samantha Davies (Roxy), attend depuis des semaines, mollement, sur le ponton de La Recouvrance, quai Malbert, après avoir été déplacé de la marina du château, où il était devenu des plus encombrants. 18 m de longueur, c’est 25 m de ponton immobilisés. Un an qu’on attend le règlement et on ne voit toujours rien venir, malgré nos innombrables relances.

108-dsc02559

057-dsc02506

122-dsc02573

117-dsc02568

Ce bateau traînait pas mal d’impayés derrière lui. Le voilier fait l’objet d’une saisie conservatoire. Des scellés ont été posés sur le bateau. Les propriétaires seraient tout à fait capables de venir le rechercher et de s’en aller sans régler l’ardoise. Ils l’auraient déjà fait. Des huissiers essaient de recouvrer la facture qui avoisine aujourd’hui les 10.000 EUR. Quid de ce bateau qui a marqué en son temps la course océanique ? Faudra-t-il passer par sa mise en vente pour assécher ses dettes ? Quel était le programme de ce vieux bateau de course ? Racheté par une société polonaise dans le maraîchage, il avait été complètement repeint, et rebaptisé du maigre nom de « Fruit ». Recalé par l’organisation de la Barcelona World Race, pour des manquements à la sécurité, le bateau a traîné depuis 2010 sa misère dans différents ports européens.

087-dsc02538

113-dsc02564

Complètement dépassé pour la course au large, bien trop encombrant et pas du tout conçu pour la croisière, c’est le genre de bateau qui aura du mal à trouver un acquéreur. À moins d’un musée ou d’une quelconque cité de la voile, ce genre de bateau risque de demeurer un fardeau jusqu’au bout.

081-dsc02531

20 janvier 2017 – Cinq ans qu’il attend dans le port du château. L’ex PRB 3, aujourd’hui détenu par une société maraîchère polonaise, est le seul Imoca à avoir remporté deux fois le Vendée Globe. À l’abandon dans le port, le voilier fait grise mine et n’est plus le bienvenu. Son propriétaire continue de payer son emplacement. Le 60 pieds (18 m) qui croupit, depuis plus de cinq ans, à Brest, au port du Château, est toujours à l’abandon. Enfin pas complètement puisque son propriétaire continue de payer son ponton. Mais la poule aux œufs d’or n’est plus la bienvenue. Dépassé pour un Vendée Globe, le voilier de 18 m aurait pu faire le bonheur d’un skipper pour des courses intermédiaires. Mais le vent semble avoir tourné pour le bateau à l’abandon depuis plus de cinq ans à Brest.

093-dsc02544

097-dsc02548

142-dsc02593

La Recouvrance est un aviso-goélette dont la construction a débuté en 1990 et qui a été présentée au public à l’occasion de Brest 1992. La Recouvrance est le bateau ambassadeur et la propriété de la ville de Brest. Son nom provient du quartier de Brest du même nom. Dans la paroisse de Sainte-Catherine (l’ancien nom de Recouvrance), on honorait une statue de vierge, Notre-Dame de Recouvrance qui a donné son nom au quartier. Recouvrer la terre c’est retrouver la terre : on priait Notre-Dame de Recouvrance pour faire un bon retour à sa terre de départ.

058-dsc02507

35-170123-marina-du-chateau34

073-dsc02523

La Recouvrance est une goélette à hunier, réplique des goélettes de type « Iris », un modèle dessiné par l’architecte naval Hubert en 1817. Ces bâtiments militaires étaient destinés au transport de plis urgents, à la surveillance du trafic marchand et à la répression de la traite des esclaves sur les côtes d’Afrique et aux Antilles. Elles portaient six caronades de 24 et leur équipage était composé de 50 à 60 hommes.

15-170123-marina-du-chateau14

063-dsc02513

078-dsc02528

Une caronade ou carronade est une pièce d’artillerie courte développée par la fonderie écossaise Carron à partir de 1779. Elle est mise en service sur tous les navires de la Royal Navy trois années après les essais sur le HMS Duke (vaisseau de 2e rang de 90 canons).

Les carronades n’étaient pas comptées dans le nombre de canons d’un vaisseau mais pouvaient constituer l’armement principal d’une frégate ou d’un brick. Par le biais de l’espionnage et des échanges techniques, la France, qui a pu constater à ses dépens l’efficacité de cette nouvelle arme à tir rapide pendant la guerre d’indépendance des États-Unis, mène des études à partir de 1786 (frères Perrier, fonderie et forge de canons d’Indret, en aval de Nantes) et développe ses propres modèles de carronades à partir de 1795.

162-dsc02617

173-dsc02628

Depuis le début de l’année 2016, avec les coups de vent successifs, l’Abeille Bourbon est en alerte quotidienne. Le remorqueur basé à Brest assure la sécurité du rail d’Ouessant. Le 12 janvier 2016, l’Alouette 3 de la base aéronavale de Lanvéoc filme l’Abeille Bourbon qui vient en aide au Buse-Trio. Le cargo panaméen s’était réfugié en baie de Douarnenez en raison de la météo et de problèmes mécaniques.

047-dsc02496

027-dsc02476

022-dsc02471

032-dsc02481

La houle et le vent violent commençait à le faire chasser sur son ancre, rendant sa situation délicate. Finalement, le cargo mouillait une deuxième ancre qui tenait bon. La Marine nationale a profité de l’occasion pour filmer le remorqueur. Le lendemain, l’Abeille Bourbon remorquait finalement le cargo jusqu’à Brest. La dernière intervention du remorqueur s’était déroulée le 31 décembre 2015 pour venir en aide au cargo Koningsborg.

04-170123-marina-du-chateau3

018-dsc02467

043-dsc02492

« L’Abeille Bourbon est en alerte 365 jours/an. Dès que les conditions de vent sont compliquées, l’Abeille Bourbon se positionne, prêt à intervenir, soit en mouillage à Camaret ou soit au Stiff à Ouessant, pour être plus près du rail si les conditions sont vraiment fortes. »

208-dsc02663

102-dsc02553

222-dsc02678

133-dsc02584

L’Enez Eussa III fait partie de la flotte de six navires, appartenant au conseil départemental et exploités par la compagnie Penn ar Bed qui assure la desserte maritime des îles de la mer d’Iroise. Ici, au premier éperon, à la gare maritime du port de commerce.

002-dsc02451 202-dsc02657

158-dsc02612197-dsc02652

 

 

Publicités

A propos gebete29

golfeur, photographe, randonneur et tireur à la poudre noire, retraité qui sintéresse à l'Histoire de la Bretagne
Cet article a été publié dans Brest, Finistère, Marina du Château, Villes et villages remarquables, Voyages. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s