La Ria du Conquet

001-dsc03846En venant de Brest, c’est le premier paysage que nous offre Le Conquet : à marée basse, une immense étendue de plantes halophiles, qui ne détestent pas l’eau de mer, comme la salicorne, est traversée d’une multitude de petits étiers serpentant entre de compacts massifs végétaux qu’on appelle ici des glazinoù ( en breton glazenn = pelouse ). A marée haute, toute cette flore disparaît sous les eaux qui forment un vaste bras de mer dans l’arrière-port.

05-170208-2-ria-du-conquet4

006-dsc03851

L’endroit est un paradis pour de nombreuses espèces d’oiseaux qui disputent aux goélands leur subsistance dans l’eau, le sable ou la vase. Les aigrettes garzettes s’y sont établies à demeure et perchent dans les branches basses des arbres abattus bordant au nord leur cantine quotidienne. Les tadornes de Belon s’y rencontrent aussi souvent en groupes pendant l’hiver.

011-dsc03856

012-dsc03857

019-170208-2-ria-du-conquet3

La ria du Conquet est le rendez-vous habituel d’une famille de cygnes tuberculés que viennent parfois visiter des cygnes chanteurs en cours de migration. Il n’est pas rare non plus de voir s’y poser quelques courlis cendrés au long bec coudé et exceptionnellement une grande spatule blanche affamée par de longues heures de vol. Le plus souvent, ce sont les petits oiseaux limicoles, tournepierres et bécasseaux, qui font le bonheur des ornithologues amateurs venus les observer. Le domaine préféré de la mouette rieuse se trouve tout à côté, sur l’étang de Kerjan. On y rencontre souvent le héron cendré, sentinelle immobile, guettant sa proie et même, si l’on a un peu de chance, un martin-pêcheur sillonnant la rive d’un éclair irisé.

021-dsc03867

022-dsc03868

25-170208-2-ria-du-conquet24

La Passerelle du Croaë : la passerelle a été érigée (en bois) pour la première fois par l’armée allemande, lors de l’Occupation. Très rapidement le bois s’est décomposé, elle a été reconstruite en pierre, béton cette fois-ci en 1950. Auparavant la traversée se faisait par barque.

052-dsc03898

051-dsc03897

29-170208-2-ria-du-conquet28

027-dsc03873

Ria désigne la partie avale d’une vallée qui est envahie par la mer. Ria est un terme d’origine espagnole. Exemple : La ria nommée Aber-wrac’h, qui se situe dans le Finistère, offre un paysage de toute beauté. J’aime beaucoup m’y promener.

036-dsc03882

45-170208-2-ria-du-conquet8

046-dsc03892

037-dsc03883

Un aber (mot celtique signifiant estuaire) ou une ria (mot galicien-portugais) est une baie formée par la partie inférieure de la vallée d’un fleuve côtier envahie, en partie ou en totalité, par la mer. La géographie internationale utilise le mot ria ; mais le mot breton aber est aussi utilisé. Un aber, comme une ria, est encadré par des versants, il ne doit pas être confondu avec une embouchure. Dans certains cas on peut aussi parler d’estuaire. Les abers ou rias peuvent se colmater par l’apport de sédiments fluviaux. À cause de leur situation abritée et de leur profondeur, les rias sont des lieux favorables pour servir de ports.

061-dsc03907

062-dsc03908

066-dsc03912

067-dsc03913

Contrairement à un fjord qui est profond et à pentes latérales raides parce qu’il a été creusé par un glacier (on parle de surcreusement glaciaire parce qu’un glacier est capable de creuser en dessous du niveau de la mer), une ria désigne la vallée non glaciaire d’un fleuve côtier ennoyée par l’élévation du niveau de la mer (ennoyage tectonique ou dû à la transgression flandrienne), l’aber étant plus spécifiquement une ria en entonnoir largement ouverte vers le large ou selon certains géographes une ria caractérisée par un remblaiement alluvionnaire plus important.

072-dsc03920

077-dsc03925

082-dsc03930

Les Abers dans le Finistère :

Aber-Wrac’h (Aber Ac’h);        Aber-Benoît (Aber Benniged);           Aber-Ildut (Aber Iltud)

La rade de Brest comporte plusieurs abers, dont ceux de l’Élorn et de l’Aulne.

l’Aber, situé dans la presqu’île de Crozon.

L’estuaire de l’Odet;                     La Laïta;                                    L’Aven:                        Le Bélon.

086-dsc03934

87-170208-2-ria-du-conquet19

091-dsc03939

Il y a une légère différence entre Aber et Ria, voilà ce que j’ai trouvé : « En breton le mot aber désigne la vallée d’un fleuve ennoyée par l’élévation du niveau de la mer. Un fjord est profond et à pentes latérales raides parce qu’elle a été creusée par un glacier et on parle de surcreusement glaciaire parce qu’un glacier est capable de creuser en dessous du niveau de la mer. Une ria en revanche est une vallée non glaciaire, creusée par une rivière ou plutôt par un fleuve côtier. La rade de Brest comporte plusieurs abers, ceux de l’Élorn et de l’Aulne. » C’est plutôt technique.

92-170208-2-ria-du-conquet33

097-dsc03945

102-dsc03950

105-dsc03953

La découpe la côte bretonne est une des plus importantes de France. Ces estuaires bretons, qu’ils se nomment rias ou abers, particularité remarquable, sont de petits sanctuaires où la nature exulte.

106-dsc03954

107-dsc03955

112-dsc03960

De par leur configuration, ces estuaires bretons, où les mouvements de l’eau sont continus et où l’eau salée de la mer se mêle à l’eau douce des cours d’eau, sont propices au développement d’un écosystème particulier. Il y existe une faune et une flore originales qui ne se rencontrent que dans ces rias bretonnes. Cette richesse naturelle et fragile hébergée par ces estuaires bretons a déterminé la création de réserves ou de zones protégées. La qualité des eaux, régulièrement analysée, permet de conserver une vie la plus diversifiée possible. C’est à juste titre que certains connaisseurs ont qualifié ces rias de garde-manger naturel.

116-dsc03964

122-dsc03970

127-dsc03975

132-dsc03980

Dans les Côtes-d’Armor, la rivière du Trieux, entre les pays de Trégor et de Goëlo, est un aber remarquable de la région. Une écluse à sas est à voir à Pontrieux. La ria proprement dite abrite des élevages ostréicoles.

En Ille-et-Vilaine, l’aber le plus réputé est certainement la vallée de la Rance. Ses rives découpées en de multiples rias accueillent de nombreux petits ports où les plaisanciers aiment mouiller.

141-dsc03989

157-dsc04007

162-dsc04012

171-170208-2-ria-du-conquet14

Dans le Morbihan, c’est la ria d’Étel qui fascine les randonneurs. De nombreuses îles et îlots, dont la fameuse île des Moines, font de cette ria un labyrinthe pour les navigateurs.

Dans le Finistère, la ria du Conquet rivalise avec l’Aber Benoît et l’Aber Ildut, tous trois avec leur charme paradisiaque unique.

172-dsc04022

177-dsc04027

181-dsc04031

Ces estuaires bretons invitent, sans nul doute, aux randonnées vivifiantes et à la découverte de la nature sauvage ; ils sont un prétexte des plus agréables pour aborder les trésors que recèle la Bretagne.

182-dsc04032

183-170208-2-ria-du-conquet37

185-dsc04035

Publicités

A propos gebete29

golfeur, photographe, randonneur et tireur à la poudre noire, retraité qui sintéresse à l'Histoire de la Bretagne
Cet article a été publié dans Aber, Estuaire breton, Le Conquet, Non classé, Ria. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s