Inoubliable Ouessant!

008-008-DSC08708010-010-DSC08710011-011-DSC08711Je vais passer en revue quelques courtes descriptions de la vie au Créac’h, du phare de Kéréon, de l’optique de Fresnel, du phare d’Ar-Men, du phare et du port du Stiff et enfin du label « Produit des îles ».

021-021-DSC08721025-025-DSC08725035-035-DSC08737038-038-DSC08740

Un fils de gardien n’a pas oublié les « gommes carrées » (lance pierre) qu’il utilisait pour viser le haut du phare (du Créac’h) avec de petits galets ronds : « On entendait les galets ricocher en haut de la tour, mais on n’a pas fait ça très souvent car on savait qu’on aurait été grondés… ». Les jeux de billes, vélos et marelles devaient s’interrompre pendant la sieste des gardiens qui avaient assuré les quarts de nuit.

049-049-DSC08751051-051-DSC08753

Une auxiliaire de phare se souvient en riant que « les enfants au Créac’h ont vu le diable. Ils ont fait tellement de tours aux vieux gardiens que l’un d’eux s’était déguisé en diable et a surgi dans la centrale pour leur faire peur ! »

063-DSC08765065-DSC08767

Certaines nuits, lorsque le ciel était couvert, le son grêle des sonnettes retentissait à la porte de chaque logement. « Quand on entendait la sonnette » dit une épouse de gardien « on savait que les oiseaux étaient là. On les votait dans les rayons. Il était temps de prendre l’haveneau ». Car lorsque le temps est couvert, les oiseaux tournent autour du phare (du Créac’h), leur seul point de repère, parfois jusqu’à épuisement. Pendant longtemps, grives, étourneaux et autres passereaux, ont amélioré l’ordinaire des îliens.

067-DSC08769078-DSC08780080-DSC08782

Kéréon. « Monumental et indestructible, c’est un château de tempête, un ouvrage de guerre, si rassurant lorsque la mer devient folle mais pesant comme une prison lorsque, à une encablure d’ici, les senteurs de foin coupé et la légèreté de l’air invitent à l’amour » Louis Cozan.

094-DSC08796105-DSC08807107-DSC08809

Kéréon, c’est un château, un palais, une érection au milieu du Fromveur entre Ouessant et Molène. À ses pieds, le courant des plus puissants d’Europe, un courant qui lève des mers monstrueuses les jours de vives eaux quand la mer cherche à résister au vent.

109-DSC08812122-DSC08825123-DSC08826

Le 15 décembre 1989, une vague fait exploser les hublots de la cuisine, puis ce sont ceux du deuxième et troisième étage qui cèdent, le phare (de Kéréon) est inondé. Les deux gardiens se réfugient ici et entre trois heures et six heures du matin, le phare bouge tellement qu’ils pensent leur dernière heure venue. On est face à la dualité de la vie de gardien entre « enfers » et « paradis » ? C’est l’émotion que suscite ce paradoxe qui en a construit la notoriété.

134-DSC08837135-DSC08838

« Ces tours que se bâtit l’enfance,

Pour mieux s’abandonner au rêve

Ont des allures de forteresse…

La mienne était ici dressée au milieu des eaux bouillonnantes,

Et je l’observais de ma chambre en imaginant mille histoires : Kéréon »     Aurélie Prouff

137-DSC08840148-DSC08852149-DSC08853

Optique de Cordouan, 1823 – Première application de l’invention de la lentille à échelons par Augustin Fresnel.

151-DSC08855161-DSC08865163-DSC08867

Jusqu’au début du 19ème siècle, la lumière des phares est réfléchie dans de grands miroirs paraboliques. Dès 1820, Augustin Fresnel imagine de non plus réfléchir la lumière, mais de la réfracter au travers d’une lentille découpée en plusieurs segments dont il n’utilise que la partie convexe utile à la réfraction. Cette optique a été installée au phare de Cordouan en 1823, où elle a remplacé un appareil de 12 réflecteurs paraboliques équipés d’autant de becs d’Argand.

164-DSC08868175-DSC08879177-DSC08881

Elle est constituée de 8 panneaux jointifs formant un tambour dioptrique vertical. Afin de récupérer la lumière passant au-dessus de ce tambour, Fresnel installe de petite lentilles inclinées qui recueillent les rayons hauts et les dirigent vers l’horizon par le biais de miroirs. En partie basse, 4 rangées de 32 petits miroirs permettent de réfléchir la lumière uniformément vers l’horizon, prolongeant ainsi la durée des éclats. Par la suite, ces miroirs seront remplacés par des anneaux catadioptriques.

179-DSC08883190-DSC08894193-DSC08897

Cet appareil, qui fut le premier du genre à équiper un phare, émerveilla le monde maritime par la vivacité de ses feux. Suite à ce succès, la commission des Phares va s’efforcer d’équiper le maximum d’établissement avec ces nouvelles optiques. Véritable révolution dans la technique d’éclairage des côtes, la lentille à échelons fut adoptée par les pays du monde entier.

205-DSC08909207-DSC08911220-DSC08924231-DSC08935

Ar-Men, l’enfer des enfers… Les gardiens nomment les phares à terre les « paradis » et les phares en mer les « enfers ». A l’extrémité occidentale de la chaussée de Sein, le phare d’Ar-Men est considéré comme le plus dur, « l’enfer des enfers ».

235-DSC08939245-DSC08949247-DSC08951249-DSC08953

Plus exposé que tout autre à la force du courant et des lames, ce petit phare à l’histoire mouvementée a acquis une dimension mythique. En 1921, le gardien-chef Sébastien Plouzénnec, qui observe un navire aux jumelles sur la plate-forme est emporté par une lame. Trois ans plus tard, un incendie se déclare dans la cuisine. La fumée envahit l’escalier alors que les 3 gardiens sont dans la lanterne. L’un d’eux est un unijambiste rescapé de la grande guerre. Ils doivent s’échapper par l’extérieur de la tour, s’accrochant au câble du paratonnerre, et parviennent à maîtriser l’incendie à la fin de la nuit.

259-DSC08963260-DSC08964263-DSC08967274-DSC08978

Les tempêtes sont nombreuses dans le Raz de Sein. En mars 1962, une lame fait exploser 3 carreaux de la cuisine pour s’engouffrer dans la pièce et défoncer la porte des toilettes. Le choc des vagues est si violent que la maçonnerie en tremble. Un baromètre tombe et se brise, un extincteur se vide de son contenu. Un mois plus tard, c’est la porte d’entrée qui est arrachée…

277-DSC08981287-DSC08992288-DSC08993289-DSC08994

Le phare du Stiff est un des phares de l’île d’Ouessant. Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 12 juillet 2011.

290-DSC08995291-DSC08996

En 1699, Vauban décida d’élever au sommet de la falaise du Stiff, point culminant de l’île d’Ouessant, deux tours tronconiques accolées, l’une abritant l’escalier, l’autre les logements des gardiens et le magasin de stockage du charbon, que l’on peut toujours identifier dans l’architecture de l’édifice. Il est un des 6 premiers phares construits par Vauban et un des plus anciens phares de France encore en activité après celui de Cordouan.

303-DSC09008304-DSC09009

Le port du STIFF est le port le plus important de l’île. C’est via ce port que transitent les passagers ainsi que les marchandises. Il arrive parfois, par fort vent d’est que les mouvements des passagers s’effectuent au port de LAMPAUL.

316-DSC09025317-DSC09026319-DSC09028

Le lancement de « Produit des îles » est un des moyens de soutenir l’activité insulaire. Le 31 mars 2017 se tenait à Sein l’assemblée générale de l’association les 11 Iles du Ponant (AIP) à laquelle adhèrent les principales îles bretonnes et l’Ile d’Aix. On y a parlé attractivité, aménagement du territoire mais aussi développement économique. Avec à la clé, la création d’une marque « Produit des îles ».

329-DSC09038

Il y a encore quinze ans, l’activité économique insulaire se résumait au tourisme. Ce temps où les îles étaient peuplées uniquement de retraités de la pêche et de la marine marchande est révolu. Depuis quelques années, les îles attirent de nouveaux habitants. Des jeunes, qui viennent souvent du continent, veulent y vivre et y travailler. Les élus en sont conscients, ils font tout pour attirer ces nouveaux habitants et faciliter leur installation. Nombreux sont ces nouveaux venus qui créent leur propre boîte, renforçant ainsi le réseau économique existant.

333-DSC09042343-DSC09052

Ces derniers mois, l’AIP a décidé de lancer et d’accompagner une marque « Produit des îles ». Cette marque est un réseau de professionnels et de structures associatives, à même de créer de l’emploi et de donner de la valeur ajoutée à des produits, tout au long de l’année, les activités saisonnières sont exclues de ce dispositif. Cela concerne aussi bien la fabrication de produits alimentaires comme des biscuits et des fromages que des cosmétiques, mais aussi des services comme la restauration, l’hébergement, le nautisme, l’hôtellerie et l’artisanat, du bâtiment à la céramique.

347-DSC09061

Advertisements

A propos gebete29

golfeur, photographe, randonneur et tireur à la poudre noire, retraité qui sintéresse à l'Histoire de la Bretagne
Cet article a été publié dans Bretagne - histoire, Finistère, Fromveur, Le Conquet, océans, Ouessant, randonnée, randonnée, Villes et villages remarquables, Voyages. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s