Un vallon luxuriant : le Stang-Alar et son Samu des arbres

À en croire l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) de Gland, en Suisse, et « Red List of Threatened Plants », les jardins botaniques et leurs serres, refuges pour plantes en danger, ne risquent pas de chômer dans un avenir proche. Ces deux derniers siècles, 77 espèces d’arbres se sont définitivement éteintes, 18 ne survivent plus qu’en culture, 976 sont dans une situation critique, et le sort de 1319 autres commence à être sérieusement préoccupant.

DSC00970DSC00980DSC00981

Voilà pourquoi, dans les serres et les jardins du Stang-Alar, Ruizia cordata, Limonium dendroides, Dombeya mauritiana et Zelkova sicula font l’objet de tous les soins de l’équipe de Jean-Yves Lesouef. Les botanistes brestois prouvent, jour après jour, que l’on peut sauver, puis conserver ces espèces, sous forme d’arbres ou de graines réfrigérées, dans des conditions économiques acceptables.

DSC00986DSC00990

Ces quatre pensionnaires d’outre-mer, qui n’ont rien de très spectaculaire, sont tous originaires d’îles où ils poussaient à l’état endémique, c’est-à-dire qu’on n’en trouvait nulle part ailleurs de semblables. Avant que l’homme, ses chèvres et ses moutons n’abordent ces oasis isolées au milieu des déserts océaniques, ils s’y développaient sans problème dans la niche écologique qu’ils avaient conquise, il y a des centaines de milliers d’années. Mais un arbre est, par définition, incapable de se déplacer. Il subit donc de plein fouet la concurrence territoriale de l’homme, cultivateur et donc défricheur, ainsi que des animaux domestiques herbivores. In fine, seuls les spécimens qui poussaient dans des lieux peu intéressants pour la culture ou inaccessibles aux chèvres, comme certains vallons étroits et reculés ou corniches de falaise, ont donc survécu à la colonisation humaine.

DSC01106

DSC00996DSC01000

Véritable musée vert de 40 hectares, le Vallon du Stang-Alar est un espace de nature se déroulant le long de la rivière séparant Brest de Guipavas. Situé sur la commune de Guipavas, à deux pas d’Océanopolis et du Port de Plaisance du Moulin Blanc, il constitue pour les habitants un havre de détente et de découverte avec aires de jeux pour les enfants, parcours sportifs et plusieurs kilomètres de promenades.

DSC01007DSC01011

A l’origine, l’exploitation de carrières a beaucoup modifié le site qui fut par la suite longtemps utilisé pour alimenter Brest en eau. Il a été oublié au profit de l’Elorn à la fin 19e siècle. Laissé à l’abandon, le Stang-Alar devient un dépotoir. A partir de 1971, grâce aux efforts des associations riveraines, soutenues par les institutions et plus particulièrement la Communauté Urbaine de Brest, le Vallon renaît. En 1975, l’idée d’un conservatoire botanique « pour les plantes menacées » voit le jour. Au début des années 80, les travaux, financés par la Brest métropole, commencent.

DSC01012DSC01017

Aujourd’hui entièrement réaménagé, le Vallon du Stang-Alar abrite désormais l’un des plus prestigieux conservatoires botaniques au monde, le Conservatoire botanique national de Brest.

DSC01022DSC01026

Véritable poumon vert aux portes de la ville de Brest, au cœur du vallon du Stang Alar et à deux pas du port de plaisance du moulin blanc, le jardin du Conservatoire botanique national, créé en 1975, est dédié à la préservation des plantes sauvages menacées de disparition.

DSC01036DSC01059

Avec près de 1800 espèces menacées en culture et en banque de graines, Brest accueille ainsi l’une des 3 collections les plus importantes au monde de plantes en danger, et beaucoup d’entre elles doivent leur survie à l’action du Conservatoire botanique.

DSC01037DSC01041DSC01045

Cet ensemble unique en France, avec la plus forte concentration de plantes en voie de disparition en serres tropicales, est visité chaque année par 350 000 personnes. Ses 30 hectares offrent un havre de paix pour la détente et le plaisir des sens.

DSC01060DSC01070

Depuis juillet 2000, le chemin qui traverse le Stang-Alar est prolongé par un sentier piéton qui permet aux promeneurs de rejoindre facilement le port de plaisance du Moulin Blanc et Océanopolis. Le Conservatoire Botanique National et le front de mer sont peu à peu aménagés pour créer une transition entre le monde terrestre et maritime. Les Brestois et tous les promeneurs disposent ainsi d’un remarquable réseau de chemins pédestres de plusieurs kilomètres leur permettant de profiter, en toute tranquillité, des sites parmi les plus attractifs de la ville.

DSC01074DSC01084

Autrefois, l’eau du ruisseau du Stang-Alar était si pure qu’elle fut utilisée jusqu’à la fin du XIXème siècle pour alimenter Brest en eau potable. À cette époque, le vallon était fort apprécié des Brestois comme terrain de jeu et de promenade. Après la seconde guerre mondiale, une carrière s’installe dans la vallée et creuse ses flancs jusqu’en 1966. Puis, abandonné par les exploitants, le site dévasté subit les derniers outrages en servant de décharge.

DSC01085DSC01096DSC01100

En 1971, la Communauté Urbaine de Brest rachète les terrains et envisage d’y établir le premier espace vert communautaire. À cette époque, Jean-Yves Lesouëf, mandaté par le Ministère de l’environnement et la Société pour l’étude et la protection de la nature en Bretagne cherche un site pour créer un jardin destiné à sauver les plantes menacées de destruction.

DSC01131DSC01120DSC01105

Les travaux d’aménagement commencent en 1977, 35000 m3 de terre végétale sont récupérés pour aménager des massifs, les chemins sont dessinée, le ruisseau est modifié pour présenter une succession d’étangs et de cascades, et les bâtiments sortent peu à peu de terre. Aujourd’hui cet espace vert, situé à cheval entre les communes de Brest et de Guipavas, comprend 17 hectares de parc public et les 22 hectares du Conservatoire botanique.

DSC01135DSC01140DSC01150

Advertisements

A propos gebete29

golfeur, photographe, randonneur et tireur à la poudre noire, retraité qui sintéresse à l'Histoire de la Bretagne
Cet article a été publié dans Brest, Finistère, nature, randonnée, randonnée, Villes et villages remarquables, Voyages. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s