Histoire de la Bretagne, 25 années de guerre de succession (1341-1364) et le règne de Jean IV de 1364 à 1399.

1328: le roi de France Charles IV meurt sans héritier, son neveu Philippe de Valois lui sucède sur le trône de France, devient Philippe VI.

Depuis 1154, avec Henri II Plantagenêt, l’Angleterre possède des terres en France, le roi d’Angleterre est vassal du roi de France.

1329: Edouard III d’Angleterre prête hommage à son suzerain Philippe VI de Valois.

1337: Edouard III, jusque là occupé à guerroyer contre les Ecossais réclame le trône de son grand-père. Il se proclame roi de France (titre que conserveront les souverains britaniques jusqu’en 1801) et lance un défit à Philippe VI. C’est le début de la Guerre de Cent Ans.

—  —-  —–  —— ——- ——- —— —–  —-  —

1341: Jean III, duc de Bretagne meurt sans héritier, 2 hommes prétendent au trône ducal:

  • Jean de Montfort, demi-frère de Jean III, marié à Jeanne de Flandres
  • Charles de Blois, marié à Jeanne de Penthièvre.

La France soutient Jeanne de Penthièvre, l’Angleterre Jean de Montfort.

1341: Jean de Montfort prend l’initiative, s’installe à Nantes, se fait proclamer duc et récupère le trésor ducal déposé à Limoges. Ni les évêques, ni les grands barons ne répondent à son appel. Jean de Montfort sillonne le duché et occupe par force ou diplomatie nombre de villes et de châteaux.

Novembre 1341: Jean de Normandie (le futur Jean II le Bon (1319-1350/1364) assiège Montfort à Nantes. Jeanne de Flandre convoque les fidèles de son mari prisonnier.

1342: Assiégée dans Hennebont, Jeanne résiste à Blois. Où elle fait incendier sur le camp des blésistes et se replie à Auray. Elle devient Jeanne « la Flamme ».

1345: Jean de Montfort à peine libéré est meurt à Hennebont. La vaillante Jeanne la Flamme a sombré dans la folie.

1347: un corps expéditionnaire anglais , sous la conduite de Thomas de Dagworth, rejeta les troupes de Blois de la Cornouaille et du Vannetais et les poursuit jusqu’en Penthièvre où il s’empara de La Roche-Derrien. Immédiatement, Charles de Blois voulut reprendre cette place forte, mais échoua dans cette tentative et fut fait prisonnier.

Edouard III d’Angleterre était tuteur officiel du jeune Jean de Montfort, fils du défunt Jean de Montfort et le roi de France Jean II dit Jean le Bon continuait à soutenir son candidat Charles de Blois. En Bretagne, il n’y a plus qu’un conglomérat de petits territoires, les uns tenus par les Bretons de Montfort, les autres par les Bretons de Blois. Tous ces territoires changeaient régulièrement de maîtres: il ne pouvait y avoir dans ces conditions de vainqueurs ni de vaincus.

1348: en Bretagne, comme dans tous les pays d’Europe apparut la tristement célèbre Peste noire qui fit tant de victimes dans tout l’Occident.

1350: une bande à la solde de Jeanne de Penthièvre tue Dagworth.

Les Français utilisent des albalétriers génois. Le « carreau » perce la cuirasse à 100m; 1 à 2 traits par minute. Les routiers se louent au plus offrant, pillent, tuent, violent…. Le chevalier cuirassé domine. Mais son règne est fragilisé par les nouvelles armes et tactiques.

Le chevalier anglais n’hésite pas à combattre à pied, en utilisant le terrain pour compenser son infériorité numérique. Mais l’arme « secrète » anglaise, c’est l’archer tirant 6 à 12 flèches par minute… avec précision et puissance à 180m! Calcul simple: 1000 archers = 10000 flèches/minute.

Du Guesclin à Dinan

Du Guesclin à Dinan

Un noble Breton, Bertrand du Guesclin, natif de Broon (1320-1380), au service de Blois, se fait remarquer par ses coups de main audacieux.

Octobre 1356: Rennes est assiégée par Lancastre. Charles de Blois, libéré par le traité de Westminster poursuit sa lutte. La guerre en Bretagne se ressent de la guerre en France (défaites françaises à Crécy – 26 août 1356 – à Poitiers – 19 septembre 1356 – traité de Brétigny – 8 mai 1360 qui permet une trêve de neuf ans dans la guerre de Cent Ans).

1362: Jean de Montfort rentre d’Angleterre et relance l’espoir dans son parti. Vingt années de guerre ont durement éprouvé la Bretagne avec ses tueries, ses destructions, ses vols, ses

impôts, ses rançons, ses maladies… Devant l’intransigeance « absolue et inébranlable » de Jeanne de Penthièvre, les tentatives de conciliation échouent.

1364: Charles de Blois, pieux et courageux chevalier, est secondé par Bertrand du Guesclin, envoyé du roi. Le jour de la Saint Michel (29 septembre), les 4000 Franco-Bretons de Blois rencontrent les 3500 Anglo-Bretons de Montfort à Auray. Jean de Montfort, 24 ans, est secondé par l’Anglais Chandos, un des meilleurs capitaines de son temps. Au soir, Charles de Blois est mort, Bertrand du Gusclin fait prisonnier. Jean Chandos a mieux manoeuvré. Vainqueur, Jean de Montfort fait construire en 1383, sur le terrain de la bataille une collégiale dédiée à Saint Michel, l’actuelle chartreuse d’Auray.

Jean IV, né en 1339, règne de 1364 à 1399: un long règne de 35 ans, fertile en rebondissements pour tenter de rétablir le duché. Duc par le choix des armes, il doir quitter le duché pour n’avoir pas compris ses sujets; il y revient parce que le roi n’a pas compris la Bretagne. Il règne et gouverne efficacement, tout en se laissant parfois emporter par ses passions.

Jean IV de Bretagne

Jean IV de Bretagne

12 avril 1365: traité de paix entre Jean IV et Jeanne de Penthièvre, à Saint-Aubin de Guérande. Le nouveau duc prête au roi un hommage ambigu, comme ses prédécesseurs.

Avril 1373: l’amitié de Jean IV pour l’Angleterre lui fait grand tort… Le débarquement d’une armée anglaise à Saint-Malo met le feu aux poudres. Bertrand du Guesclin, devenu Conétable de France, le 20 octobre 1370, entre en Bretagne où il est accueilli triomphalement. Les Bretons désavouent Jean IV qui doit se réfugier en Angleterre.

Les Anglais se maintiennent à Brest, Auray, Derval et Bécherel jusqu’en 1374. La guerre recommence: combats, sièges, pillages, débarquements, destructions alternent.

Décembre 1378: Charles V fait pronocer par le Parlement de Paris la réunion du duché au Royaume de France. C’est l’indignation générale en Bretagne. C’est l’union sacrée chez les barons et les seigneurs qui forment une ligue patriotique: « Nous promettons de nous entraider à la défense du droit ducal en Bretagne contre tous ceux qui voudraient s’en emparer sans y avoir droit. »

Août 1379: Avec la bénédiction de Jeanne de Penthièvre, on va chercher Jean IV en Angleterre. Une alliance est conclue avec l’Angleterre qui envoie 6000 hommes.

1380: mort de Du Guesclin (13 juillet) et de Charles V (16 septembre). Le grand seigneur breton Olivier de Clisson succède à Bertrand du Guesclin comme Conétable de France.

avril 1381: la paix est signée à Guérande, les Anglais rentrent dans leur île. Jean IV marque son rétablissement en fondant un ordre de chevalerie. Fait unique en son temps à souligner, l’ordre de l’Hermine est aussi ouvert aux femmmes « chevaleresses ». La Bretagne se redresse rapidement, l’autorité ducale est rétablie en s’appuyant sur les Etats qui sont fréquemment réunis.

la Tour Solidor à Saint Servan

la Tour Solidor à Saint Servan

1382: Saint-Malo échape à Jean IV, se donnant au roi de France. Afin de la soumettre, le duc élève, en face, à Saint-Servan la tour Solidor.

1386: à 47 ans, le duc Jean IV , sans enfants, deux fois veuf d’épouses anglaises, se remarie avec Jeanne de Navarre avec laquelle il aura quatre garçons et deux filles. La lignée des Dreux-Montfort est assurée.

1386 & 1387: Jean IV assiège sans succès Brest restée aux mains des Anglais. Pour la récupérer, il devra la racheter en 1396.

1387: alors qu’ils étaient amis d’enfance, Clisson et Jean IV sont devenus ennemis. Leur haine réciproque dégénère en guerre civile jusqu’à leur définitive réconciliation en 1395.

1399: Jean IV meurt à la Toussaint.

Nous verrons ce que fut le règne de Jean V dans une prochaine parution. Bonne lecture, Didier.

Publicités

2 commentaires pour Histoire de la Bretagne, 25 années de guerre de succession (1341-1364) et le règne de Jean IV de 1364 à 1399.

  1. La fin du Moyen-Age est une période délicate pour les Bretons où la puissance ducale qui s’imposait à tous fut ternie par la mort sans héritier désigné du duc Jean III, en 1341. Cela a provoqué une crise inattendue et d’une rare violence: c’est la guerre de succession, guerre civile certes, mais aussi, par relais, guerre franco-anglaise. Le traité de Guérande, le 12 avril 1365, termine cette tragédie et scelle la victoire de Jean de Montfort qui devient duc sous le nom de Jean IV.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s