La Fête à Melon (Porspoder – Finistère)

Les Bretons savent faire la fête où l’on assiste à des concerts de chorales de chants de marins, des jeux de kermesse comme le chamboule tout et à des expositions d’oeuvres comme des maquettes de bateaux réalisées par des artistes amateurs.

Croix de Lorraine à Landunvez

La culture fait également partie des expositions, ainsi on a pu apprendre un tas de choses sur 2000 ans de christianisme.

une plage de Porspoder en plein été 2012

Ainsi, on apprend que l’installation des Bretons se fait sur un mode pacifique. « Les Vies des Saints » nous apprennent qu’ils arrivent en groupe sous la conduite de chefs, civils ou religieux, se regroupant par clans.

une chapelle près de l’église de Porspoder

l’affiche des 2000 ans de christianisme

Ainsi de Cornouii sont à l’origine de la paroisse primitive de Plouguerneau: Plou-Kerne. La toponymie éclaire donc de façon précieuse l’histoire ancienne.

Saint Hervé et son guide – Loc-Mazé, LE DRENNEC

Saint Hervé et son guide – Sainte Marie du Menez Hom

Les paroisses primitives: les ploues. Les moines s’établissent dans de nombreux ermitages: les lann. Ce sont les moines-prêtres qui sont à l’origine du réseau des paroisses de la Bretagne occidentale constituées à partir d’une communauté de fidèles ou ploue.

Saint Guénolé – statue du XVI° siècle – Landévennec

les neuf évêchés bretons avant la Révolution

Le chef de la communauté est canonisé par la ferveur populaire et la ploue s’identifie à lui au point d’être désignée par son nom.

tableau de l’église de Loqueffret

Pluguffan, près de Quimper, désigne la communauté de fidèles réunis autour de saint Cuffan. Plabennec est la ploue de saint Abennec, etc…

calvaire de Guisseny

Les MOINES: la toponymie nous enseigne sur les ermitages des moines, les lann. Saint Jaoua se choisit un lieu secret dans un bois, près d’une source.

les sept saints fondateurs – gravure sur bois de 1514

Les monastères se situent dans un enclos qui contient l’oratoire, le cimetière, la cellule du moine, une maison d’hôtes.

bagad – ambiance garantie

Les moines s’installent parfois non loin les uns des autres, à une heure de marche. Edern et Gwevret s’installent à Lannedern et Locqueffret, puis à Plouédern et Lanneufret.

le gwen ha du flotte au vent

chants de marins de Guilers

Des femmes se font moniales: sainte Rivavonne, mère de saint Hervé, ou sainte Teunvé qui prit comme premier ermitage Landunvez.

belle maquette

L’évêque lui-même était moine. Corentin est un ermite alliant la rude vie du désert à l’épiscopat. Il quittait sa solitude pour rétablir la paix des églises.

steam boat – Mississipi

En Léon, les premiers évêques sont moines: Pol, Jaoua, Tiervael, Keveren, Goulven, Tenenan, Houardon, Goezou, et il en est ainsi probablement jusqu’au IX° siècle.

grande jonque

La Bretagne rurale des VI° et VII° siècles est constituée de clans dispersés. L’unité se réalise autour du moine-prêtre.

vaisseau trois mâts – trois ponts – 104 canons

L’évangélisation se fait en attribuant aux cultes anciens un sens nouveau: sources, pierres levées, stèles, feux, chênes sacrés…

Bismark

Cette première évangélisation est marquée par une conscience aiguë de la proximité de Dieu présent dans la nature, un compagnonnage avec le Christ, la certitude de la communion des saints et de leur présence invisible, une admiration pour Dieu-Trinité.

trois ponts – 104 canons

Elle est marquée aussi par l’importance de l’église locale. La maison est la première église, et la paroisse le peuple de Dieu.

figure de proue

Dans un monde bouleversé, marqué par la violence, le grand oeuvre de nos saints fondateurs se résume par le « remplacement de l’épée par la parole« .

Henriette-Marie de France

la femme du roi Charles 1er d’Angleterre

Les Bretons connaissent les grans pèlerinages du Moyen-Age, Jérusalem, Rome et Saint-Jacques de Compostelle. Mais sur les terres bretonnes, le pèlerinage original est le Tro-Breiz, la visite aux sept  saints fondateurs: Corentin (Quimper), Pol (Saint Pol de Léon), Tudual (Tréguier), Brieuc (Saint Brieuc), Malo (Saint Malo), Samson (Dol-de-Bretagne) et Paterne (Vannes).

vents d’Iroise – Guilers

groupe chants de marins et mélodies maritimes

15 commentaires pour La Fête à Melon (Porspoder – Finistère)

  1. Claire-Cerise dit :

    Très sympa ton reportage ! Je connais bien Melon… je ne sais plus si je t’ai dit que j’ai habité à Trémazan avec mes parents. Je connais donc bien toute cette côte !!… Le calvaire de Guissény est vraiment très beau, je ne le connaissais pas je crois bien… j’irai le voir un jour ! Je ne savais pas que la Reine d’Angleterre, fille d’Henri IV et soeur de Louis XIII avait débarqué dans ce minuscule port de Melon et je ne savais pas qu’elle avait mit les pieds au château de Keroual !!! Dis donc… tu nous en apprends des choses !!! … J’ai déjà vu ce groupe de chanteurs de chants de marins… à l’inauguration du Pont de Térénez !! Merci pour ton article Didier… très vivant et très instructif !

    • gebete29 dit :

      j’avais eu l’occasion de découvrir le fait historique du débarquement de Henriette-Marie de France en 1644 au cours de mes premières randonnées depuis 2006. J’alterne les reportages sur les Tonnerres avec des sujets tout aussi intéressants, et j’injecte un peu d’histoire dans l’actualité. Combien de temps as-tu vécu à Trémazan? Comment ta vue évolue-t-elle? Bonne semaine, Didier

      • Claire-Cerise dit :

        Je redécouvre cet article et je vois que tu me poses 2 questions auxquelles je n ‘ai pas répondu ! Je vais donc y répondre presque 2 ans après ! 1) Lorsque nous avons été pour la première fois à Trémazan j’avais 12 ans ! Nous y sommes allés tous les étés ensuite. Et puis mes parents ont fait construire et nous nous sommes installés à Trémazan en 1979, j’avais 19 ans et je suis restée là jusqu’en août 1984, date à laquelle je me suis mariée. 2) Ma vue est toujours pareille mais j’ai des lunettes plus adaptées depuis peu. Je peux enfin lire le menu au restaurant hi hi !! Voilà Didier, je réponds enfin à tes questions… mais, ne dit-on pas « mieux vaut tard que jamais ! » A bientôt ! :+))

  2. Jacques IBARZ dit :

    Comment appelle t’on les habitants d Melon, le melonais !? Jolies photos comme d’habitude… @+ Jacques

  3. gebete29 dit :

    Le dolmen de l’Île Melon dans le petit port du même nom est très significatif.
    Sur le petit port de Melon on trouve aussi une ancienne poudrière et un ancien four à goémon.
    melon est unhameau inclus dans la commune de Porspoder

  4. ripoll dit :

    et!comme d habitude!!…un regal cette doc!!…merci a vous!

    • gebete29 dit :

      c’est un plaisir de voir qu’il y a des personnes comme toi, Ripoll que je ne connais qu’à travers mes blogs qui apprécient mes produits depuis déjà plusieurs mois.. Merci Ripoll, où es-tu? je crois que tu es amie de CC le baluchon??

  5. éric dit :

    je viens d’acheter une maison sur le prt du melon et je confirme: c’est superbe!!!!

    merci pour les infos historiques…

  6. gebete29 dit :

    on vit bien en Finistère, même si parfois les tempêtes surprennent par leur violence…

  7. gebete29 dit :

    vieux motard que jamais!!!

  8. van cam nicole dit :

    j’ai connu Melon quand j’étais ado, au chenal quand il y avait des mariages , ou d’autres fètesn les jeunes que nous étions étaient invi
    tés a faire la fète, c’était génial, a 60 ans j’en garde encore le souvenir c’était génial

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s